Rudimental – « We The Generation »

GlennPar Glenn  •  27 Oct 2015 à 08:17  •  Albums  •   3 views

Rudimental est de retour avec un second album nommé « We The Generation« . Le combo britannique démontre une fois de plus qu’il est possible de faire de la drum & bass une musique plus accessible avec des sonorités mixant pop, house et soul. Explications.

Après le succès commercial et critique de « Home« , il a fallu que Rudimental prouve qu’il n’est pas qu’un acte artistique éphémère et que le groupe est bel et bien dans une optique d’évolution et de pérennité. Si la formule drum & bass dite mainstream fait mouche, c’est que nos gaillards de Hackney ont toujours su bien s’entourer. On peut citer sur cet album entre autres Dizzee Rascal, MNEK, Ed Sheeran, Ella Eyre ou encore Bobby Womack.

« We the Generation » est clairement de la drum & bass, mais en laissant tourner ce disque, l’auditeur pourra apprécier des moments funk-disco avec ‘Go Far‘, pop avec ‘Foreign World‘ et soul avec ‘Needn’t Speak‘. Le puriste, lui, se régalera plutôt avec ‘Too Cool‘, ‘I Will for Love‘ et avec ‘Run‘ qui figure sur la version deluxe de cet opus. Mais l’ensemble de cette galette ravira toute personne attentive à des exercices éclectiques.

« We the generation and we have had enough« 

Chante Mahalia sur le refrain de « We The Generation« . Un avertissement peut-être destiné à l’ensemble des décideurs du Royaume-Uni, mais pas uniquement. Cela dit, ne vous y trompez pas, la majorité des textes sur cet album ont clairement la vocation d’être positifs et motivants, faisant de ce second Rudimental, de la musique parfaitement réglée pour vos débuts de soirée avant d’aller shaker sur le dancefloor.

Atlantic Records – 2015

Glenn

N’aimant pas particulièrement la musique, j’ai été catapulté ici par hasard et au-delà de ma volonté. Préférant l’austérité à la frivolité du spectacle de la débauche auditive, je compte les jours qui me permettront à long terme de devenir sourd. Le vacarme m’étant insupportable.

Dans le même genre...

La sensualité enserre la musique de Warhaus d'une étreinte à la fois ferme et délicate.

Préparez vos oreilles, Metz est de retour... et avec Steve Albini aux manettes.

Les punks de Hateful Monday sont de retour avec un nouvel album.