Residente – « Residente »

AlexPar Alex  •  14 Juin 2017 à 15:00  •  Albums  •   3 views

Tout commence par un message d’introduction et quelques rimes en anglais. Residente prône la fraternité, souligne sa filiation avec Gilberto Concepción de Gracia, fondateur du Parti de l’Indépendance de Puerto Rico. Le ton est donné. Et la suite de “Residente“ détonne de créativité.

Premier morceau : ‘Somos Anormales’. Nous sommes anormaux. Un beat nerveux et un flow agressif, composé de samples de champs mongols et de scratch de guitare électrique, annoncent la couleur. Ce qui suit, n’est pas normal.

L’album comprend aussi des sonorités chinoises (‘Una leyenda china’), les riffs et chants touaregs de Bombino (‘La sombra’) et la trompette balkanique de Goran Bregovic (‘El futuro es nuestro’). On ne les attendait pas en duo avec un rappeur hispanique. Et pourtant, la formule fonctionne et donne un côté intercontinental à “Residente“. Notons encore les interludes qui mettent à l’honneur les différents chants traditionnels qui sont inclus dans les morceaux.

Et puis soudain, la sensualité et la tendresse s’invitent sur une composition au piano (‘Desencuentro’). Soko surgit de son silence musical après une excellente paranthèse cinématographique dans le rôle de la lumineuse danseuse Loïe Fuller. Et on la retrouve avec surprise à susurrer en français, entrelaçant la langue d’Oxmo Puccino avec celle de Natalia Lafourcade: « Tenemos la misma sed, con distinto paladar. » Nous avons la même soif avec un palais différent.

Devons-nous encore parler de la chorale de ‘Guerra’ ? C’est le mélange contrasté du plus pur art vocal avec la plus grande horreur de l’humanité.

Residente ne tombe pas dans le piège de la facilité. Il n’est pas resté dans le ton uniquement combatif – par ailleurs excellent et toujours présent sur cet album – de Calle 13. Non ! Il enrichit la musicalité de son hip hop.

 

« Residente »

Residente

Sony Music
31 mars 2017
 
Auteur:

 

 
Alex

De Brel à Fink en passant par Louis Armstrong et Sigur Ros, voilà ceux qui me marquent et touchent. La musique doit être un voyage, un envol et un rêve. Réveiller l’âme. Veiller l’être. Dévoiler le cœur.

Dans le même genre...

La sensualité enserre la musique de Warhaus d'une étreinte à la fois ferme et délicate.

Préparez vos oreilles, Metz est de retour... et avec Steve Albini aux manettes.

Les punks de Hateful Monday sont de retour avec un nouvel album.