Reks – « Eyes Watching God »

GlennPar Glenn  •  1 Oct 2014 à 19:30  •  Albums  •   0 views

Depuis des temps immémoriaux, la bataille entre le bien et le mal a été une puissante source d’inspiration pour l’art, la littérature et la musique. Sur ce nouvel album, en collaboration avec le beatmaker Hazardis Soundz, Reks a.k.a. Rhythmatic Eternal King Supreme nous offre sa propre adaptation de ce thème archétype.

Partant du côté de Dieu pour terminer du côté du Diable, l’album est divisé en deux et les morceaux s’enchaînent de manière plaisante, car chacune d’entre elles veut nous dire quelque chose. La plume de Reks pour son huitième LP est foncièrement politique, mais ça ne s’arrête pas là. Il sonne volontairement à la fois arrogant comme Kanye West, cool lyricalement comme Nas, le style de Reks est versatile. « Eyes Watching God » dérive définitivement de plusieurs de ses précédents opus, pas seulement parce que c’est un album concept, mais aussi par la ténacité dans laquelle il délivre son message. Son rap est plus introspectif et ses mots sont choisis plus prudemment sur les beats monumentaux de Hazardis Soundz.

Dès le morceau d’intro, Reks ne perd pas de temps à établir une furieuse cadence dans une tonalité qui ne flanche pas, rappelant n’importe quel titre d’Army of the Pharaohs. « It’s not about Muslim or Christian / Find us focus / Time to notice the rope tightening on the hopeless. » L’auditeur est directement confronté aux réalités que Reks a vécues. Dans la même veine, ‘Free Minds‘ prolonge le thème d’appel à la liberté religieuse et à la tolérance. Le refrain va, « The blind lead the blind / As long as you’re faithful you’ll see it my way in time / Free minds are able. » Peut-être que Reks devrait être booké en concert dans certaines parties du monde…

L’album aborde différents thèmes – de l’intolérance religieuse à la brutalité policière, à l’addiction qu’a l’Amérique pour l’incarcération, tout dans le contexte de Dieu en tant que témoin. De plus, Reks a invité ses amis à son manifeste, en effet sur la moitié des titres apparaissent d’autres rappeurs, incluant des visages connus dans le milieu underground, tels que Terminology, Saigon ou encore N.O.R.E.

La production impeccable de Hazirdis Soundz est très travaillée, mais parfois détourne l’auditeur du principal intéressé. Toutefois, le cinquième morceau, ‘Martyrs‘ a une instrumentale simple et répétitive, emmenée par un piano et des violons qui poussent Reks sur le premier plan, une intermission plutôt bienvenue, entre des morceaux qui tapent forts.

Il est facile de deviner quand la partie « Diable » de l’album commence. « Welcome to hell » est la première phrase prononcée sur le morceau ‘Unholy‘ comprenant en featuring Fredro Starr d’Onyx et Ruste Juxx. À partir de là, les titres révèlent un paysage encore plus sombre.

Hop Out Boys‘ est un avertissement familier de la corruption policière rappelant ce que des KRS-1 sur ‘Sound of da Police‘ ou encore NWA sur ‘Fuck tha Police‘ avaient à dire sur le sujet. « Be wary on the block when the col deploys / All botta watch for them hop out boys. » Du fait que cette chanson est située du côté « Diable » de l’album, on peut penser que Reks fait une équation Police égale le Diable. Chacun ira de son interprétation…

En somme, les instrumentaux de Hazardis Soundz du côté « Diable » de l’album sont comme des mitrailleuses frénétiques. Une ronde régulière de sons inquiétants et de sons de batterie corrélant la tonalité bouillonnante de Reks.

C’est un album authentique qui fait réfléchir intellectuellement de manière musicale. Un must!

Glenn

N’aimant pas particulièrement la musique, j’ai été catapulté ici par hasard et au-delà de ma volonté. Préférant l’austérité à la frivolité du spectacle de la débauche auditive, je compte les jours qui me permettront à long terme de devenir sourd. Le vacarme m’étant insupportable.

Dans le même genre...

La sensualité enserre la musique de Warhaus d'une étreinte à la fois ferme et délicate.

Préparez vos oreilles, Metz est de retour... et avec Steve Albini aux manettes.

Les punks de Hateful Monday sont de retour avec un nouvel album.