Jour 1 : La douce et le brûlant

AlexPar Alex  •  24 Juil 2013 à 12:54  •  Live  •   18 views

Lundi, Yannick a roulé plus de 1000 kilomètres avec Karim pour revenir des Vieilles Charrues en Bretagne. Hier, il était déjà avec nous au Paléo Festival de Nyon 2013! C’est à cela que nous reconnaissons les amateurs de musique. Ils roulent après le son en dépassant parfois le mur.

Tromboniste de Sophie HungerNous nous retrouvions avec une bonne partie de l’équipe à Nyon pour notre tournée estivale des festivals. Et nous avons eu un plaisir immense à partager la première soirée ensemble.

Le trombone de la folie

Nous sommes donc bien arrivés à Nyon. Les oreilles avides de musique et le plaisir de se retrouver pour apprécier une année de plus les différents artistes qui se produiront à Paléo. D’abord, le détour vers la scène du même nom où se produisaient les Palma Violets. Olivier vous en dira plus. Personnellement, je n’ai vu que quelques morceaux avant de me glisser devant la grande scène où Sophie Hunger se produisait devant une foule déjà nombreuse.

Je l’ai vu à deux reprises. La dernière en date étant une date exclusive où elle reprenait le registre des folks songs de Bob Dylan. C’était au Bad Bonn de Düdigen. J’avais pu apprécier toute la beauté de ses interprétations en acoustiques, guitare et harmonica, dans un cadre plus qu’intimiste. Alors bien sûr, la grande scène de Paléo n’allait pas permettre la même proximité avec la Zurichoise.

J’avais oublié toutes ces voix, ces cris et les spectateurs de la plaine de l’Asse. Quel bonheur de retrouver tout ce fourmillement de personnes! Il y a l’enfant sur les épaules de son père qui tape dans les mains et danse avec des pamir. Il y a ces deux potes qui s’improvisent l’apéro en face de moi. Il y a la grand-maman scotché par le charisme de Sophie Hunger.

A titre personnel, le concert a été musicalement extrêmement riche. C’est ainsi que les musiciens de la Zurichoise osaient chacun leur tour un solo de leur instrument. Mention spécial au tromboniste suédois à l’allure de grand ours tatoué, barbe et talent en bonus. Le plus plaisir était de constater que Sophie Hunger sait autant s’adapter au cadre intimiste d’une petite salle que devant une plaine de l’Asse bien remplie. Même si je la préfère clairement dans le premier exercice.

httpv://www.youtube.com/watch?v=VPS6lCmvJgc

Des Français bien Américains

Plus tard,  Phoenix venaient assurés la partie funky électro de la soirée. J’ai été surpris par la qualité du concert. Je ne connaissais le groupe que par des ballades plutôt doucereuses qui ne décollent pas vraiment. Et bien le live m’a fait tourbillonner comme un beau diable et m’a prouvé le contraire! Même si la base des morceaux se ressemblaient un peu tous, le plaisir de voir la puissance des basses dégagées retourner le torse n’a pas prix! D’autant plus que le show était maîtrisé de A à Z. Des gaillards qui donnent envie d’être écoutés!

httpv://www.youtube.com/watch?v=ulfwLUAE5jA

Dans le même genre...

Joyeux anniversaire aux copains d'Hateful Monday. Passez leur faire un bec à l'Usine samedi soir.

Le public dansera à Lausanne avec l'électro minimale de la Berlinoise d'adoption

Le Fri-Son de Fribourg accueillera un songwriter talentueux le 18 octobre 2018