Luisa Sobral

AlexPar Alex  •  2 Juil 2013 à 19:14  •  Portugal, Tour du Monde  •   86 views

There's a flower in my bedroomLuisa Sobral est une lisboète proche de l’univers d’Emily Loizeau des débuts. Même si la Portugaise s’ancre clairement dans des sonorités plus jazzy. Le piano les réunit en tout  cas dans une catégorie de songwriters délicieuses.

La cerise sur mon gâteau

Luisa Sobral débute avec l’album « The Cherry On My Cake » en 2011. Elle y fait déjà preuve d’une belle maturité tant les morceaux de l’album bercent l’oreille dans un univers où se rencontrent notamment le portugais, la batterie jazz et une belle ligne d’instruments à vent sur ‘Xico’Elle remet aussi au goût du jour la harpe trop absente des compositions modernes dans ‘Not There Yet’ joué dans la célèbre émission de la BBC Later…with Jools Holland.

Le son est résolument groovy dans l’ensemble de la galette. Et les rythmiques changent d’un morceau à l’autre en gardant la voix fine et claire de Luisa Sobral comme ligne rouge. Elle chante essentiellement en anglais mais les chansons où le portugais resurgit sont les plus touchantes. Ici, le but n’est pas de comprendre précisément tous les mots mais plutôt se laisser bercer par un langue dont la musicalité est évidente.

httpv://youtu.be/x6ilWlzbJOc

 

Le fruit de la fleur grandit

Luisa Sobral n’hésite pas à revenir au source de la musique portugaise. Le second album « There’s A Flower In My Bedroom » propose notamment le doux duo ‘Inês’ avec Antonio Zambrujo, chanteur de fado. La passerelle entre l’anglais et le portugais n’est pas la seule particularité de la musicienne. Puisqu’elle semble savoir très bien s’inspirer de différentes ambiances musicales au fur et à mesure de ses voyages. Comme l’illustre le très chanson française ‘I Was In Paris Today’ où la chanteuse nous emmène bourlinguer dans la ville des Lumières.

Il y a ensuite le duo ‘She Walked Down The Isle’ avec Jamie Cullum dont la simplicité touche. Luisa Sobral propose une fois de plus un univers musical où la simplicité et la précision apparaissent au détour de mélodies balançantes. ‘Cuantas Veces’ en est un bon exemple. La Lisboète ose l’espagnol sur fonds d’une trompette qui semble simplement être ses lèvres. Raul Midon ou Bobby McFerrin semblent être passés dans les oreilles de la compositrice.

Il reste le jazz très classique de ‘What Do You See In Lily?’ qui termine par l’apparition furtive de Louis Armstrong pour confirmer le talent de la Portugaise. Pour acheter ce deuxième album vous devrez aller fouiller chez les disquaires indépendants parce qu’il est introuvable via les différents diffuseurs internet en Suisse. C’est le bonheur du mélomane! Même s’il ne trouvera pas ce qu’il veux chez le disquaire alors il aura quand même acheté un ou deux albums sur lesquels il ne serait jamais tombé autrement.

Soyez curieux, fouillez les étals de vos disquaires indépendants parce qu’il s’y trouve des pépites!

httpv://www.youtube.com/watch?v=Ua9tskZisIA

Universal Music Portugal – 2013

 

Alex

De Brel à Fink en passant par Louis Armstrong et Sigur Ros, voilà ceux qui me marquent et touchent. La musique doit être un voyage, un envol et un rêve. Réveiller l’âme. Veiller l’être. Dévoiler le cœur.

Dans le même genre...

Il existe un tout petit milieu de l'électro underground en Chine. DJ, producteur, Sulumi appartient...

Le rock chinois s'invite chez nous le temps d'un festival, ou plus...

The Coral n'est pas qu'un groupe mais plutôt une mini scène musicale de Liverpool et de son...