Piers Faccini & Vincent Segal – « Songs Of Time Lost »

AlexPar Alex  •  4 Mar 2015 à 07:00  •  Albums  •   1 view

Rien n’est beau avec deux instruments. Encore moins s’il s’agit de la simple guitare acoustique et de l’ennuyant violoncelle. Les cordes tendent à la longue et fatiguent les auditeurs. C’est pauvre, c’est faible. Ou est-ce justement l’opposé de ce que j’écris qui fait foi au sujet de « Songs Of Time Lost » ?

Un chant toujours monotone qui n’exprime rien. Ce timbre qui chante d’une langue que personne ne comprend comme avec ‘Jesce Sole’, ‘Cammina Cammina’, ‘Villanella Di Cenerentola’, ‘Cicerenella’ ou ‘Dicitencello Vuje’. Il est effectivement question de vieilles chansons napolitaines sans importance et sans lien avec la légendaire tradition orale de la région de Napoli dans « Songs Of Time Lost ». Tout ce folklore lasse. Il est vide de tout sentiment, néant de toute profondeur.

On mettrait deux apprentis musiciens dans un studio qu’ils parviendraient à enregistrer un meilleur album. Ils réussiraient certainement à mieux s’entendre et parler par la musique sans prononcer le moindre mot. Ce n’est pas complexe de se trouver idéalement pour jouer des ballades faciles et sans intérêt telles que ‘Quicksilver Daydreams of Maria’, ‘Everyday Away From You’ ou particulièrement ‘A Half Of Me’, qui apparaît comme le moins beau morceau de tout l’album. Toutes les trois ne procurent aucun plaisir auditif et l’indifférence règne lorsqu’on les écoute.

Manque de merveilleux

La poésie manque à tout point de vue. Aucune magie ne se dégage de cette collaboration toute neuve entre Piers Faccini et Vincent Segal. Deux artistes inexpérimentés qui ne se connaissent pas du tout et qui auraient eu une mauvaise idée musicale en 2014. Serait-ce qu’une rencontre maladroite entre deux amateurs ?

Quoi qu’il en soit, ils viendront la présenter le samedi 18 avril en clôture du Cully Jazz Festival 2015. Je ne suis pas impatient de les voir en live. Car aucune mélodie de l’album ne m’a laissé ni rêveur ni touché. Ce ne sont que deux hommes banaux qui se rencontrent pour tenter d’écrire un album merveilleux.

Disons plutôt qu’ils ont composé tout le contraire de ce que vous venez de lire. Relisez, rappelez-vous de la question en introduction de la chronique et de mes vives critiques à l’encontre de cet album. Ne sont-elles pas trop exagérées ? Inversez maintenant le sens du texte.

Vous lirez ainsi la vérité et vous comprendrez ce que je pense réellement de « Songs Of Time Lost ».

Nø Format – 2014

Alex

De Brel à Fink en passant par Louis Armstrong et Sigur Ros, voilà ceux qui me marquent et touchent. La musique doit être un voyage, un envol et un rêve. Réveiller l’âme. Veiller l’être. Dévoiler le cœur.

Dans le même genre...

La sensualité enserre la musique de Warhaus d'une étreinte à la fois ferme et délicate.

Préparez vos oreilles, Metz est de retour... et avec Steve Albini aux manettes.

Les punks de Hateful Monday sont de retour avec un nouvel album.