Pascal Pinon – « Sundur »

AlexPar Alex  •  20 Août 2016 à 11:20  •  Albums  •   103 views

Nous tournons une fois de plus les oreilles vers l’Islande. Décidément, votre humble serviteur en folk de toute nature se perd sur cette île comme dans un vieux rêve qui attend d’être réalisé. De quoi parle-t-on ? De Pascal Pinon et leur nouvel album tout frais : « Sundur ».

Le duo féminin tisse avec délicatesse des mélodies sur lesquelles glissent d’abord de légères larmes avant qu’elles ne finissent par s’évaporer et scintiller sous un rayon de soleil passager sur les pierres des landes islandaises.

Elles chantent tant en Islandais qu’en Anglais. Les arrangements sont minimalistes et elles murmurent leurs paroles sur des orchestrations finement orchestrées – ah oui ! vraiment ? – avec fragilité. C’est peut-être trop dire, même si la remarque fait particulièrement sens pour le morceau ‘Fulgar’, par exemple.

Elles utilisent également des bruitages étonnants rappelant parfois les expérimentations des débuts de CocoRosie. Cette impression se renforce notamment dès le premier morceau de l’album ‘Jósa & Lotta’ et sa boîte à rythme. Auraient-elles partagé quelques morceaux avec les filles d’Amiina dans un phare de l’île ?

Mais il y a surtout les harmonies. Elles traversent « Sundur » et donne à l’album un fil conducteur bien identifiable. Toujours ce mariage de voix qui, je l’avoue, touche particulièrement ma sensibilité musicale. Il suffit d’écouter ‘53’ et se convaincre que la beauté surgit parfois simplement dans le susurrement de quelques vocalises à la limite de la berceuse.

Et puis, il y a la ravissante simplicité des sonorités. Cette sensation agréable qui pétille notamment sur ‘Skammdegi’ au moment du ralentissement de la mélodie. C’est que les deux Islandaises s’amusent avec le rythme et osent parfois même un silence comme sur la perle précitée ‘53’.

Pascal Pinon sont deux enfants-adultes dont les rêveries vocales flottent par dessus des mélodies frêles, à la puissance secrète, à la maladresse charmante et embarquent ainsi l’auditeur à la découverte d’un univers probablement enchanté.

 

« Sundur »

Pascal Pinon

2016
 
Auteur:
Alex

De Brel à Fink en passant par Louis Armstrong et Sigur Ros, voilà ceux qui me marquent et touchent. La musique doit être un voyage, un envol et un rêve. Réveiller l’âme. Veiller l’être. Dévoiler le cœur.

Dans le même genre...

Un album décevant

Juste parce qu'il faut connaître cet album. Punkt schluss.

Une voix magnétique dont le timbre transpire la fragilité et parle aux fantômes