Parabôle 2015 – En avant, moussaillon!

PatrickPar Patrick  •  9 Juil 2015 à 12:36  •  Live  •   39 views

Je me suis trituré les méninges pour trouver un titre aussi magnifique que celui de Thom l’année passée. Impossible. Le Parabôle, c’est le week-end prochain… A Bôle, voilà.

Le pari est risqué pour la bande de joyeux lurons du littoral neuchâtelois : faire le lien entre le Montreux Jazz et Paléo. En gros, les morts de faim qui ont envie de se reposer un peu tout en restant fit prennent la direction de Bôle pour se la coller, avant de préparer la tente pour la plaine de l’Asse. La programmation est pourtant loin d’être tranquille. Petit tour du propriétaire.

Commençons par Alestorm qui fera péter la sono et les caisses de rhum le vendredi 17 juillet. Le groupe de metal anglais (signé chez Napalm Records) est la tête d’affiche des festivités. Préparez vos perroquets, jambes de bois et sabres, il va y avoir du piratage. Les joyeux lurons sont dans un trip « marins voguant sur la mer de la distorsion et de la double pédale. » Reprenons tous en cœur les paroles d’un de leurs derniers tubes : « We are here to drink your beer, and steal your rum at the point of a gun, your alcohol to us will fall, ‘cause we are here to drink your beer. » Un charmant programme, n’est-il pas?

L’autre attraction du vendredi sera Crookers. Le DJ house italien (pléonasme ?) s’était fait connaître il y a quelque temps pour sa collaboration avec Kid Cudi et le mega hit ‘Day ‘n’ Nite’. Mais le platinomane a bien d’autres sillons à son mange-disque. Un son qui n’est plus dans la pure vibe actuelle, mais qui vous fera vite oublier les pirates d’Alestorm. Fini la bière et le rhum, on passe au gin-tonic et on bouge son popotin jusque très tôt le samedi matin.

Rien à jeter, tout à déguster

Aux côtés de ces deux monstres, il ne faudra pas oublier la tigresse Hollie Cook et son reggae teinté de soul. Un son parfois jazzy ne donnant qu’une envie, celle de se déhancher lentement, tendrement et avec volupté. Elle sera précédée le samedi par deux autres lionnes : les Chikitas. On avait découvert les deux punks il y a bien longtemps, mais ont confirmé leur maturité scénique au dernier Festi’neuch. Des styles opposés, mais une puissance commune, un mélange des genres qui donne ce grain de folie supplémentaire au Parabôle.

Ça, ce sont pour les artistes internationaux (bonjour Genève, héhé). Mais le raout bôliste, ou bôlien, ou bôlois, je ne sais pas, fait la part belle aux formations du cru. En vrac, il faudra aller découvrir les Tortilla Flat, des Bernois qui aiment l’Irlande, le punk et la folk. Les Rebel Duck, des rockeurs du « bordu » qui aiment tout ce qui se faisait avant. Les Briskards et les Skaturday Knights pour te rappeler que toi aussi tu as joué à Tony Hawk’s et porté des bretelles.

Bref, deux chouettes soirées placées sous le signe de la bonne ambiance, organisées par l’amicale de la canette et des décibels. D’ailleurs, bravo pour leur projet de financement participatif WeMakeIt, ça a été chaud, mais ils y sont arrivés. Tant mieux, en espérant que ça pérennisera ce festival régional qu’on aime bien.

Pour toutes les informations d’usage, il est évident que leur site internet est le meilleur endroit, que les billets sont pas chers et qu’il y a des bus pour rentrer.

Dans le même genre...

Joyeux anniversaire aux copains d'Hateful Monday. Passez leur faire un bec à l'Usine samedi soir.

Le public dansera à Lausanne avec l'électro minimale de la Berlinoise d'adoption

Le Fri-Son de Fribourg accueillera un songwriter talentueux le 18 octobre 2018