Paper Arms – «Great Mistakes»

PatrickPar Patrick  •  11 Mai 2015 à 17:00  •  Albums  •   9 views

On vit une période étrange mesdames et messieurs, une époque où les punks prennent en maturité. Dit comme ça, on pourrait me prendre pour un fou, mais écoutez mon histoire.

A l’autre bout de la planète, il y a une petite ville nommée Adélaïde. Dans cette cité, quatre jeunes gens d’horizons divers se sont retrouvés et, par amour du punk-rock, se sont dit que ça serait rudement chouette de faire un truc ensemble. Sauf que les gaillards n’avaient pas les mêmes influences.

Ayant grandi dans les années 90 et son rock plus qu’éclectique, la troupe a dû composer avec des sonorités venant de chaque côté du spectre. Paper Arms fait partie de cette nouvelle génération qui s’accorde des libertés stylistiques. Bien que le son reste punk-rock, il y a de plus en plus de petites choses qu’on découvrait, alors jeunes, dans cette décennie bénie.

Le macramé pour les nuls

Mais non, les gars, vous n’avez pas fait de bêtises avec votre « Great Mistakes ». Le patchwork est bien terminé et magnifiquement fignolé. Cet album est une véritable balade dans l’histoire du rock de ces vingt-cinq dernières années. Des moments purement grunge comme dans ‘This Time’, des instrumentales proches du heavy metal avec ‘Stumble Over’ par exemple et on touche même à l’émo grâce à ‘Fader’.

Et le punk là-dedans me direz-vous ? Et bien il est partout. Ce subtil assemblage réussit à provoquer l’inexplicable. Même si tenter de définir Paper Arms est compliqué, le fond reste très proche de la vague début 2000 et les enfants d’Alkaline Trio et Hot Water Music.

« Great Mistakes » s’écoute tranquillement assis dans son canapé, une cigarette au bec, une bière sur la table et le journal dans les mains. L’album ne vous fera pas sauter partout, mais a cette faculté d’introspection donnant du gras et de l’embonpoint à un style qui peine toujours à diversifier en profondeur.

Uncle-M Music – 2015

https://www.youtube.com/watch?v=uqKWq1BaKVc

Dans le même genre...

Le duo britannique a gardé la cap pour stimuler l'imaginaire

Un mélange de chants traditionnels sud américains et de modernité délicate

La Beauté, c'est peut-être ça