Pandour – « Ursa Minor »

RaffaelePar Raffaele  •  21 Avr 2016 à 12:26  •  Albums  •   9 views

Quatuor fribourgeois fraîchement venu sur la scène électronique, Pandour sort un premier album réussi. « Ursa Minor » est à la croisée des chemins entre deep house et electronica, avec une interprétation instrumentale originale.

On nous annonce une musique électronique plutôt calme, ambiance « after de l’after » en plein après-midi sans avoir dormi. On voit très bien le tableau, soleil et ambiance chill propre à l’été. Pandour, qui signifie « mauvais garçons » en patois, produit un son plutôt calme mais pas du tout ennuyeux.

Le groupe est à l’origine composé de deux DJs, rejoints ensuite par deux amis guitaristes. Le résultat donne une musique électronique instrumentale au tempo lent, posé et très créatif. D’une part, la formation laisse place à des sonorités type world ou afro-funk. D’autre part, la combinaison d’électro et d’instruments plus « classiques » offre un mélange frais et contemporain.

Combinaison originale d’électro et d’instruments

Cet aspect instrumental offrira très certainement une dimension live saisissante au groupe, qui semble s’attacher à proposer quelque chose d’organique et non, seulement, électronique. Peut-être est-ce là l’avenir de la musique électronique justement. Après avoir été clivée puis popularisée, elle laisse place à des fusions avec d’autres styles, comme une évolution naturelle où s’inscrivent les quatre jeunes musiciens de Pandour.

Au-delà de ces quelques considérations, le disque composé de cinq titres s’écoute très bien. C’est une musique qui prend le temps d’installer une ambiance, et nul doute que Pandour soit bien parti pour faire partie des groupes romands à suivre de près.

Pour les fans de son de qualité, l’album « Ursa Minor » est d’ailleurs disponible auprès de Cheptel Records en vinyle édition limitée. À noter que le vernissage aura lieu ce vendredi 22 avril au Mouton Noir à Fribourg, et que le groupe se produira également en live le mercredi au Paléo.

 

« Ursa Minor »

Pandour

2016

 

 
Auteur:
Raffaele

J’ai grandi dans les années 90, mes influences sont un vrai patchwork musical. J’apprécie selon l’humeur un gros beat electro, un flow hip hop ou l’effervescence d’un concert de rock. ‘Faut que ça groove !

Dans le même genre...

La sensualité enserre la musique de Warhaus d'une étreinte à la fois ferme et délicate.

Préparez vos oreilles, Metz est de retour... et avec Steve Albini aux manettes.

Les punks de Hateful Monday sont de retour avec un nouvel album.