Paléo 2016: La lumière vint de J.C. Satàn

OlivierPar Olivier  •  21 Juil 2016 à 20:06  •  Live  •   1 view

« Sur le prochain morceau, vous pourrez vous embrasser sur la première partie… et sur la deuxième, vous pourrez même être indécents. » C’est avec cette phrase qu’Arthur Larregle et sa moustache introduisent ’I Could Have Died’. Une rencontre des extrêmes qui résume à merveille le passage de J.C. Satàn au Paléo.

Photographie: © Paléo / Lionel Flusin

Mercredi soir, cette rencontre avait déjà commencé quatre morceaux plus tôt, lorsque les Bordelais prenaient leurs quartiers sur les planches du Détour alors qu’au même moment, les premiers accords de chanson franchouillarde émergeaient de la Grande scène où Louise Attaque était attendu. Un choc des générations, deux visions hexagonales du rock. Me concernant, je retiendrai clairement la seconde.

Parce que si la majorité des spectateurs du soir se sont fait emmener au vent le temps d’un tube, le demi-Détour a, lui, été pris dans un ouragan de son pendant près d’une heure.

Alors qu’en album, le sombre garage de la bande envoie déjà pas mal, en live c’est un véritable mur qu’on se prend dans la tronche.

Capable de fulgurances à la limite du punk autant que de longues inspirations qu’Ozzy & Co. n’auraient pas renié, la musique de J.C. Satàn ramasse tout dans son sillon au fur des minutes qui défilent, lancée dans une régulière et imparable ascension. C’est ainsi qu’en quarante-cinq minutes, l’on passe d’une foule tout juste curieuse à du head-banging et du head-banging au pogo.

Un concert nerveux au possible, plus bruyant que tous ceux du soir réunis et qui n’aura finalement eu comme seul bémol que la fin prématurée d’un petit quart d’heure à ce jouissif déferlement de rock’n’roll.

Qu’à cela ne tienne, on se rattrapera lors d’un prochaine passage dans nos contrées.

 
Auteur:
Olivier

Défenseur du rock’n’roll, expert en prix de l’essence, fanatique de la Sainte-Boisson et éternel admirateur de Yannik Paratte.

Dans le même genre...

Le groupe de heavy metal américain jouera son meilleur album dans son intégralité vendredi dans la...

Richard Galliano et Ron Carter clôturent avec complicité le succès de l'édition 2017 du festival...

Le Joshua Redman Trio était à la hauteur des attentes au JazzOnze+ Festival de Lausanne.