Nox Orae 2016: Des débuts en douceur

OlivierPar Olivier  •  27 Août 2016 à 12:30  •  Live  •   1 view

Nous y sommes, de retour à la Pichette. C’est dans ce charmant camping planté à même les rives lémaniques que nous avons établi notre QG pour le week-end, à l’occasion de la Nox Orae. Un rituel annuel, un pèlerinage en terres vaudoises immanquable, marquant la fin de la saison des festivals.

Photographie: © Michel Bertholet

La première soirée de cette septième édition a eu lieu hier et l’on peut dire que le démarrage a été pour le moins tranquille. Des trois groupes vus, on retiendra principalement Imarhan. Séduisants dans leur blues du désert, piochant à la fois dans la pop et dans des sonorités traditionnelles africaines, les Algériens auront séduit leur monde tant dans leurs ballades raffinées que leurs compositions plus remuantes (le single ’Imarhan’ en tête).

Thurston Moore de son côté aura su faire plaisir à ses fans avec un concert plein et ratissant large. Accompagné d’un backing-band de luxe, le fameux (ex-)leader de Sonic Youth aura offert moult nouveaux morceaux de son prochain album « Rock’n’Roll Consciousness » (prévu pour l’an prochain) au peuple présent au Jardin Roussy. Toujours aussi adepte des multiples couches de guitares et des mélodies exploitées à outrance, le chevelu à la Telecaster est fidèle à lui-même. Un musicien singulier, semblant ne vivre que pour ses désirs créatifs. On aime ou non la musique, mais on ne peut que saluer l’artiste.

Sous une température (enfin) agréable, c’est avec Spectrum en fond que l’on quitte les lieux. Sonic Boom et son guitariste auront, eux, distillé ce qui sera finalement que le seul moment purement psychédélique de la soirée. Principalement basée sur des sons électroniques et des samples, la prestation très (trop?) posée du duo aura parlé aux plus perchés des spectateurs, alors qu’elle a probablement précipité le départ des autres. Peut-être en aurait-il été différent si leur prestation et celle d’Imarhan avaient été inversées. Dommage.

Ce soir, ce sera l’heure des gros morceaux de cette édition avec la venue du Brian Jonestown Massacre et de Föllakzoid. Compte-rendu ici même demain.

 
Auteur:
Olivier

Défenseur du rock’n’roll, expert en prix de l’essence, fanatique de la Sainte-Boisson et éternel admirateur de Yannik Paratte.

Dans le même genre...

Le groupe de heavy metal américain jouera son meilleur album dans son intégralité vendredi dans la...

Richard Galliano et Ron Carter clôturent avec complicité le succès de l'édition 2017 du festival...

Le Joshua Redman Trio était à la hauteur des attentes au JazzOnze+ Festival de Lausanne.