Nox Orae 2015: Fuzz, trio d’outre-tombe

OlivierPar Olivier  •  29 Août 2015 à 15:41  •  Live  •   3 views

Alors que la saison des festivals arrive gentiment, mais sûrement, à son terme, nous ne manquons pas de rendre visite au Nox Orae, qui vit actuellement sa sixième édition. Retour sur une première soirée façon panachée.

Photo : Michel Bertholet

Première information et de taille après deux éditions pour le moins humides, il fait beau. Ca n’a l’air de rien, mais ça fait une putain de différence. L’ambiance est plus conviviale et les bars s’en réjouissent.

Au programme d’hier soir, quatre groupes. En raison d’une grillade sur les rives du Léman, on a loupé le premier. On a donc débarqué pile-poil à 20h45 pour ce qui a finalement été le concert de la soirée : Fuzz.

Le trio est apparu en grande forme, déconnant avec le public et balançant des riffs tonitruants à la pelle. Ty Segall et son grimage cadavérique a particulièrement impressionné le public, lui rappelant que c’est bien derrière les fûts que le Californien a débuté sa carrière. A côté de lui, un Charlie Mootheart toujours caché derrière sa tignasse et un Chad Ubovitch en robe tie-dye ont parfaitement su apporter leurs voix, assurant des harmonies au poil.

Piochant dans sa maigre, mais intense discographie, les trois chevelus nous ont sorti quelques nouveaux titres, issus de « II », prochain opus à paraître sous peu. Il n’a pas fallu attendre bien longtemps pour qu’un pogo éclate et que la foule balance la tête jusqu’à la fin, conclue d’un fatal coup de cymbale avec la pédale de grosse caisse asséné par un Segall tout sourire.

Difficile d’accrocher à la new-wave électronique de The Soft Moon après ça, malgré un son bien équilibré et un univers pertinent. On respecte la performance, mais c’était pas le moment pour nous. Il aura fallu attendre Omar Souleyman pour que la foule s’agite à nouveau. Avec sa techno de mariage, le Syrien aura fait bouger ceux qui ne l’avaient encore jamais vu. Les autres ont observé de loin, posés à une table avec une bière. Un concert marrant la première fois, un peu insipide à la deuxième.

Rendez-vous pour la suite d’ici quelques heures, avec en tête d’affiche les Suédois de Goat.

Olivier

Défenseur du rock’n’roll, expert en prix de l’essence, fanatique de la Sainte-Boisson et éternel admirateur de Yannik Paratte.

Dans le même genre...

Le groupe de heavy metal américain jouera son meilleur album dans son intégralité vendredi dans la...

Richard Galliano et Ron Carter clôturent avec complicité le succès de l'édition 2017 du festival...

Le Joshua Redman Trio était à la hauteur des attentes au JazzOnze+ Festival de Lausanne.