Nous skankerons juSka Bulle!

PatrickPar Patrick  •  27 Mar 2013 à 16:43  •  Live  •   32 views

Afin de ponctuer de la meilleure des manières notre mois nostalgique sur le Ska-Punk, Thom et moi-même avions décidé de nous faire un bon concert de ce style. Quelle délicieuse surprise cela a été de découvrir que le 15 mars se produisaient à Bulle les légendes de Reel Big Fish. Le rendez-vous avec le passé était pris nous allions skanker comme des gamins ce vendredi soir à l’Ebullition.

Seconde bonne surprise nous serions accompagné de deux autres éminents membres du Mur du Son, Olivier et Yannick, l’esprit punk de leurs 15 ans répondant à notre invitation.

Vendredi, 19h30. Le rendez-vous est pris devant le cinéma Studio à Neuchâtel. La petite troupe embarque gaiement pour son périple en sacro-sainte terre fribourgeoise… Que dis-je ? Gruyèrienne !

Vendredi, 20h45. Bulle. ben en fait entre ce temps-là et l’ouverture des portes à 21h on s’est un peu ennuyé dans le froid.

Vendredi, plus tard dans la soirée. Oui, car dès le moment où on rentre dans une salle de concert et qu’il y a un bar on perd vite la notion du temps. Bref venons-en aux faits.

Avant d’arriver à la soirée je me suis posé une question : est-ce que la scène Ska a fait des petits ou serais-je entouré de vieux cons nostalgiques comme moi ? La réponse tend plutôt vers la seconde proposition, mais tout n’est pas perdu.

En effet, le premier groupe à se produire sur scène est LODD, groupe de Ska-Punk genevois. Alors, j’ai un peu honte, je leur ai avoué aussi, mais bien que proche de la scène du bout du lac, je ne les connaissais pas. Je prierais le « Mighty Mighty » Lord Dicky Barrett plusieurs fois pour me repentir. Il faut dire que les gaillards ouvraient pour des légendes ce soir-là. Mais ils ont fait bonne figure, même très bonne figure. De l’énergie, des textes sympas, même si je ne suis pas un grand partisan des paroles en français. Quoiqu’il en soit, jouer avec un Sax ténor et un Sax alto est une très bonne chose. Bien joué les gars. Ah oui ! J’oubliais leur batteur. J’ai vu beaucoup de bons batteurs sortir des différentes écoles de musique genevoises, mais lui nous a littéralement scotchés.

Vendredi, un peu plus tard dans la soirée. Le concert de LODD est terminé, on s’en va faire le petit tour rituel au bar et dehors pour… euuh… s’aérer l’esprit. Même pas le temps de prendre une dernière bouffée de goudron que les Suburban Legends entrent en scène.

Le nom me disait vaguement quelque chose, un cd avait dû traîner une fois sur mon bureau mais sans plus. Et pourtant, quel blasphème cela aurait-été si nous étions passés à côté de ce groupe. Quand nous parlons de Ska la première chose qui vient à l’esprit le plus souvent c’est le fun ou encore l’ambiance. Mais de Vince Walker et ses potes émergeait encore plus que ça. Les gars s’éclataient à Ebullition pour leur toute première prestation en Suisse. Franchement voir des gars entamer des chorégraphies sur scène ça te met une claque d’enfer et une envie de bouger insoupçonnée et inarrêtable. De la grosse déconne qui fait du bien tant aux zygomatiques qu’aux guiboles. Parfois ça tourne un peu au « quand le Ska rencontre High School Musical », mais la prestation était tellement énergique qu’on ne sera pas trop durs sur la forme.

Vendredi encore un peu plus tard dans la soirée. La salle se remplit gentiment, on sent que l’heure fatidique approche. La bannière derrière le batteur est déployée, le show ne va pas tarder à commencer.

C’est parti ! Aaron Barrett entame le show qui va durer environ 45 minutes. On avait un peu peur avec Thom de n’avoir droit qu’aux tubes et au dernier album. Que nenni ! Les gars savent bien qu’en Europe une tournée commerciale passe par les chansons du passé. On a donc pu chanter à tue-tête les ‘Sell out’, ‘She has a Girlfriend Now’, ‘She is Famous Now’ ou encore la reprise de ‘Take on Me’ et ‘Where have you Been ?’ (ci-dessous) Les quelques excès de houblon se font ressentir, le public se lâche et la bonne humeur est présente. Cette fois-ci Thom et moi ne retenons pas les pas de danse, nous sommes tout devant. Je me retrouvais dix ans plus jeune à Bâle pour un de mes premiers concerts de ska. C’était le même groupe et surtout les mêmes sensations.

Et si ce n’était pas simplement ça ce qu’on appelle faire une cure de jouvence ?

httpv://www.youtube.com/watch?v=09mXU85MMCo

Dans le même genre...

Joyeux anniversaire aux copains d'Hateful Monday. Passez leur faire un bec à l'Usine samedi soir.

Le public dansera à Lausanne avec l'électro minimale de la Berlinoise d'adoption

Le Fri-Son de Fribourg accueillera un songwriter talentueux le 18 octobre 2018