Montreux Jazz 2016: Émerveillé, puis étonné

AlexPar Alex  •  14 Juil 2016 à 20:19  •  Live  •   1 view

Nous avons parlé de trio gagnant lors de la présentation de la soirée du 12 juillet au Montreux Jazz Lab. C’est surtout deux groupes qui ont convaincu tandis que je ne sais toujours pas très bien quoi penser du troisième. C’est le constat qui s’impose.

Crédit photo: Daniel Balmat /MJF

Nous avons aussi parlé de cohérence. Cela a valu pour deux groupes qui ont laissé la magie de la musique emporter le public. Le troisième se résume en un mot: étonnant. Ou peut-être pourrions-nous poser une simple question: mais qu’est-ce que c’était ?

La soirée a débuté sous un déluge. L’arche de Noé aurait pu terminer sur le Mont-Blanc. Les stands de nourriture se sont enfermés derrière les bâches et autant dire qu’il ne fallait pas passer lorsqu’on poussait l’eau avec le balai en bas des tentes. Mais oui ! ce moment où une flaque tombe dans votre assiettes alors que vous êtes en train de courir à la recherche d’un abri. Oui, oui, vous l’avez peut-être déjà vécu ou vous pouvez sans doute l’imaginer.

Que vient faire la météo dans ce contre-rendu de concert ? C’est simple. Rien. Mais c’était pour le geste et pour que chacun puisse imaginer une assiette de riz coco-citronelle noyée dans la flotte. C’est étonnamment délicieux, un peu fade. Mais n’oublions pas le parapluie minuscule qui a couvert la tête jusqu’au moment où il s’est désintégré et a foutu le camp dans une bourrasque trop puissante. Et puis, entre nous, c’était franchement violent comme entame de soirée.

Deux beaux moments. Un WTF ?

Mais arrêtons-la les considérations extra-musicales et revenons à nos bêlements. La soirée a débuté avec une cloche à vache – si, si, c’est un instrument-, un tambourin à sonnailles, deux voix et une batterie puissante. C’est une partie de la recette des Londoniens Haelos. Ont-ils convaincu ? Ils se sont même avérés savoureux puisque leur concert a débuté gentiment avant de prendre de l’ampleur et puis le public a fini par danser malgré les bavardages parfois trop nombreux. Vous vous demandez sans doute ce qui est étonnant jusque là. Rien du tout pour l’instant.

Daughter a pris ensuite les commandes de la soirée. Le premier regard s’est immédiatement dirigé en direction de la nouvelle claviériste du groupe. Celle-ci a rejoint le trio il y a peu de temps. Et alors ? Et bien c’est tant mieux ! Car elle a notamment assuré les harmonies en compagnie de la très charismatique chanteuse Elena Tonra. Celle-ci ayant gagné en assurance vocale. Cela donne encore plus de profondeur et d’intensité à la musique de Daughter. C’est beau. C’est merveilleux. C’est sublime. C’est encore et toujours à suivre, à réécouter et à revoir. Rien de plus, rien de moins.

Mais alors où était le hic ? C’était Grimes. Certes j’avoue qu’elle est une performeuse hallucinante. Mais c’est tout. Et c’est bien dommage. Mais keskseksa !? Vraiment !? Un mélange de K-Pop et de synthétiseurs eighties qui a même évoqué des sonorités empruntées à la techno de mauvais goût. J’ai crû à une blague et puis j’ai bel et bien assisté aux premières minutes d’un cours de gym plutôt qu’à un concert avant de fuir.

J’ignore ce qu’il y a de plus inquiétant: voir la foule complètement en délire durant cette dernière performance a-musicale et a-mélodique ou l’entendre bavarder à haute voix et sans vergogne alors qu’Elena Tonra entonne ‘Mothers’ a cappella et au bord des larmes. Elle était apparemment gagnée par des émotions qu’elle met si bien en musique avec Daughter. Je ne sais pas trop quoi penser. C’est pourquoi je vous laisse libres pour répondre à mon inquiétude.

 
Auteur:
Alex

De Brel à Fink en passant par Louis Armstrong et Sigur Ros, voilà ceux qui me marquent et touchent. La musique doit être un voyage, un envol et un rêve. Réveiller l’âme. Veiller l’être. Dévoiler le cœur.

Dans le même genre...

Le groupe de heavy metal américain jouera son meilleur album dans son intégralité vendredi dans la...

Richard Galliano et Ron Carter clôturent avec complicité le succès de l'édition 2017 du festival...

Le Joshua Redman Trio était à la hauteur des attentes au JazzOnze+ Festival de Lausanne.