Moes Anthill – « Oddities After the Heydays »

OlivierPar Olivier  •  12 Oct 2015 à 13:20  •  Albums  •   0 views

C’est bien connu, les voyages inspirent et font avancer les Hommes. Parti quelque temps de l’autre côté de l’Atlantique, Moes Anthill a pris un an pour digérer ses aventures et en faire un album : « Oddities After the Heydays ».

Artiste folk uranais, Mario Schelbert fait partie de l’ordre traditionnel de ce mouvement. Amateur de country-folk, le bonhomme est actif depuis quelques années déjà, ayant publié son premier album « Ornaments » en 2012.

Avec « Oddities After the Heydays », Anthill publie son opus le plus abouti. Il nous embarque avec lui dans son périple entre Detroit et Nashville, deux hauts lieux indiscutables de la musique américaine.

Durant les onze titres présents, il fait se rencontrer grands espaces et petites histoires, mais pas seulement. Il prend également le temps d’honorer Elliott Smith (’Family Circus’), d’évoquer l’attentat de Charlie Hebdo (’Look into a Foreign Mirror’, ci-dessous) ou de brosser un noble tableau de la Motor City (’Motown Detroit’), dorénavant bien mal en point, mais certainement pas encore vaincue.

To Detroit my Heart. To Nashville my Love.

Outre ses textes, l’artiste séduit par ses compositions soignées et son souci des détails. Les mélodies ne manquent pas, autant dans les moments bluegrass (’Unprogressive Paintings’) et folk (’Walking on the Moon but on Earth’) que lorsque la pop prend le dessus (’Here’s to St.Louis’). Il n’hésite pas non plus à électrifier sa guitare et se permettre un petit instant spoken-word sur l’envoûtante ’Turn It On’.

Créateur polyvalent, Moes Anthill se laisse guider par ses envies et offre avec « Oddities After the Heydays » un album qui panache à merveille folk, country et pop. Un beau souvenir de l’autre côté du monde, qui accompagne parfaitement la saison automnale en cours.

Auto-produit – 2015

Olivier

Défenseur du rock’n’roll, expert en prix de l’essence, fanatique de la Sainte-Boisson et éternel admirateur de Yannik Paratte.

Dans le même genre...

La sensualité enserre la musique de Warhaus d'une étreinte à la fois ferme et délicate.

Préparez vos oreilles, Metz est de retour... et avec Steve Albini aux manettes.

Les punks de Hateful Monday sont de retour avec un nouvel album.