Un lundi en compagnie de Matthew Logan Vasquez

LauraPar Laura  •  21 Sep 2016 à 18:05  •  Live  •   0 views

C’était un lundi, dans un bar chiqui chicos comme Zürich en fait tant. La lumière était tamisée, les serveurs en costard, le prix de l’alcool effrayant. J’opte pour un verre de vin rouge, car la bouteille de bière me semblait trop frêle pour subvenir à mes envies.

J’ai menti, je n’avais pas envie de bière. Ça ne s’accordait pas avec l’ambiance, encore moins à mes goûts. Ceci étant dit, le premier groupe auquel j’assistais n’était pas en accord non plus avec les lieux et c’était sympa. Avec les Zurichois de Mama Jefferson : c’est du rock, c’est girly, un peu agressif, c’est intéressant mais on ne comprend pas tout. C’est peut-être un problème personnel, j’ai souvent besoin de saisir, de ressentir, mais là, rien. C’était sympa, pas mal du tout. C’est tout.

Tourner la page

Bon, on ne va tergiverser mille ans et on se resserre un verre pour la prochaine performance, car bien que je ne connaisse que très peu ce qui suit, j’ai comme une impression que ça va être plus que sympa.

Il ne s’est pas fait attendre. 2 minutes 50 de soundcheck plus tard, une voix a retenti : Matthew Logan Vasquez. Ça secoue et on se réjouit. Le petit coin de bar s’est rempli, on se réchauffe, les trois gaillards présents sur scène ont l’air déjanté, ce qu’ils confirment dans les minutes qui suivent.

Et soudain…

Tout commence par un cri. Un cri d’homme quelque peu fou. OK. On comprendra plus tard que c’est naturel chez le bassiste de s’exprimer ainsi. Comme un corbeau heureux, il agrémente l’heure et quart de concert de ses cris, perché du haut de ses longues jambes en équilibre sur ses pointes de pied, comme pour prendre de la hauteur. Encore un peu plus. Cette image colle bien à l’équipe de bons potes qui se présente devant nous. Si le projet de Matthew Logan Vasquez se veut solo, l’ancien leader des Delta Spirit s’accompagne de deux de ses fidèles amis et de son frère jumeau en liaison sur Skype assistant au concert. Au fil des minutes, le groupe s’est révélé être de bon show men, énergique et consistant. Le rock y était bien présent et croyez-moi, si ça m’a plu, c’est que ça vaut au moins la peine d’y jeter un coup d’œil. J’ai bien ri, j’ai bien dansé. Il est l’heure de rentrer et de s’enfoncer dans les méandres de la nuit déjà endormie.

Laura

Si nous étions censés rester sur place, nous aurions des racines à la place de nos pieds.

Dans le même genre...

Le groupe de heavy metal américain jouera son meilleur album dans son intégralité vendredi dans la...

Richard Galliano et Ron Carter clôturent avec complicité le succès de l'édition 2017 du festival...

Le Joshua Redman Trio était à la hauteur des attentes au JazzOnze+ Festival de Lausanne.