Lhasa De Sela – ‘La Llorona’

AlexPar Alex  •  31 Mar 2016 à 17:01  •  Reprises en volée  •   19 views

C’est le moment de repartir en Amérique latine sur les pistes d’une légende de la tradition orale qui a parcouru les océans à l’aide de la musique. Mon choix s’est tourné vers la version de Lhasa.

Repartons donc de l’autre côté de l’océan Atlantique pour évoquer une reprise et découvrir une légende. ‘La llorona’ fait partie des morceaux folkloriques sans histoire et qui sont pourtant interprétés par des musiciens aussi divers que Chavela Vargas, Joan Baez, Nana Mouskouri, ou encore Raphael. Autrement dit, cette composition anonyme a fait un petit tour du monde sans n’avoir rien demandé au début.

J’ai choisi la reprise de Lhasa parce que la canadienne manque cruellement à la musique d’aujourd’hui. Et ce sera l’occasion d’écouter pour la première fois ou de réécouter ses trois albums: « La Llorona », « The Living Road » et « Lhasa ». L’interprétation est minimaliste et acoustique. Elle reprend simplement ce morceau qui évoque une légende du folklore hispano-américain.

La llorona serait en effet le spectre d’une femme qui aurait assassiné ou perdu ses enfants. Oui, c’est joyeux ! Elle les chercherait partout et effrayerait avec ses pleurs les gens qui la verraient, les hanterait et leur ferait perdre la tête. Presque chaque pays d’Amérique latine possède une version différente dans sa tradition orale nationale.

Autant le morceau que la légende ont donc voyagé d’une personne à l’autre comme une rumeur qu’il fallait absolument chanter à l’oreille du monde. C’est l’histoire d’un chant sans histoire qui termine par remplir des stades comme dans l’excellente version de Lila Downs.

 
Auteur:
Alex

De Brel à Fink en passant par Louis Armstrong et Sigur Ros, voilà ceux qui me marquent et touchent. La musique doit être un voyage, un envol et un rêve. Réveiller l’âme. Veiller l’être. Dévoiler le cœur.

Dans le même genre...

Dom La Nena a sorti un nouveau EP en 2016. Elle y reprend 'Scenic World' de Beirut.

Le rappeur anglais, Devlin reprend le fameux 'All Along The Watchtower' de Bob Dylan, mais...

Tame Impala en acoustique et sans effets psychédéliques, c'est en fait tout aussi beau.