Les Vieilles Charrues 2013

YannickPar Yannick  •  11 Juil 2013 à 18:15  •  Live  •   241 views

Dès la semaine prochaine, une délégation du Mur Du Son prendra la route de la Bretagne, histoire de découvrir le mythique festival des Vieilles Charrues. Gouel an erer kozh comme ils disent là-bas. L’édition 2013 de la manifestation se tiendra du 18 au 21 juillet prochain dans la petite commune de Carhaix-Plouger.

vieilles_charrues_2013_affiche-13a7c

Une ville d’environ 15’000 habitants au centre de la Bretagne, dans le département du Finistère. A 60km au nord de Lorient, pour les footeux. A 70km au sud-est de Brest, pour les gourmands. A 90km au nord-ouest de Vannes, pour les amateurs de blagues pourries…

Si le festival est aujourd’hui l’une des plus grande manifestation musicale de France, et même d’Europe, il n’en a pas toujours été ainsi. Ce qui est assez logique finalement. Petit résumé de l’histoire des Vieilles Charrues.

Une ascension fulgurante

La première édition des Vieilles Charrues eut lieu en 1992 dans la commune de Landeleau. A l’origine, juste une bande de potes qui organisent une fête avec comme motivation de « se faire une bonne bouffe, de chanter et de boire un coup ». On adhère. Les joyeux lurons remettent ça l’année suivante, puis encore celles d’après. En 1995, faisant face à une affluence en constante croissance,  les Vieilles Charrues déménagent dans le village voisin, Carhaix. Cette année-là, 10’000 festivaliers assistent aux concerts, dont celui des mythiques Blues Brothers.

L’année suivante, ils sont 20’000 à se déhancher devant les prestations de, entre autres, Miossec, Zebda ou encore des Pixies. En 1997, James Brown, mais aussi Jane Birkin ou Nada Surf se produisent au festival. L’affluence double encore. Face à un tel succès, les anciens organisateurs du Festival Tamaris sont recrutés afin d’apporter de l’expérience à l’équipe. Les Vieilles Charrues quittent le centre-ville de Carhaix pour la prairie de Kerampuilh. Site que la manifestation occupe toujours aujourd’hui.

Parmi les plus grands

L’édition 1998 bat tous les records. 100’000 personnes assistent aux différents concerts. Parmi les têtes d’affiches cette année-là, Iggy Pop, Jean-Louis AubertLouise Attaque ou encore Johnny Clegg. Le festival franchit un palier et entre dans la cour des grands.

Depuis lors, les Vieilles Ch5015_the_cure_justice__premiers_noms_aux_vieilles_charrues_aearrues ne cessent de grandir. Le format passe un temps à six jours, puis revient à trois pour finalement s’étendre sur quatre jours dès 2006. Les plus grands artistes foulent les planches des différentes scènes du festival breton. On peut citer pêle-mêle Ben Harper, HF ThiéfaineThe Cranberries, -M-, Joan Baez, Joe Cocker, les locaux Matmatah, Noir Désir, Renaud, R.E.M., Muse, Kings Of Leon, Hughes Auffray, IAM, Deep Purple, Franz Ferdinand, Johnny Hallyday, dEUS, Dionysos, Arcade Fire, Motörhead, ZZ Top, Cypress Hill, Indochine, Phoenix, Sting, The Cure, Martin Solveig, Justice, Bob Dylan… Oui, du très lourd.

Et on en oublie évidemment beaucoup !

Et aujourd’hui ?

Aujourd’hui, les Vieilles Charrues trônent au sommet de la hiérarchie des festivals français, en terme d’affluence. Lors de l’édition 2012, la manifestation a enregistré 244’000 entrés sur quatre soirs, soit une moyenne de 61’000 spectateurs par jour. A titre comparatif, Les Eurockééennes de Belfort ont tourné à un peu moins de 32’000 visiteurs par soir cette année. Quant à Paléo, ce sont 38’000 festivaliers par jour qui se rendent annuellement sur la plaine de l’Asse.

1581885_charrues1Le site compte cinq scènes. La plus grande, Glenmor, nommée ainsi en l’honneur de Émile Le Scanff, auteur-compositeur-interprète, écrivain et poète, né à Carhaix, accueille les artistes majeurs du festival. La scène Jack Kerouac, baptisée d’après le célèbre écrivain d’origine bretonne, fait office de deuxième scène, avec des concerts programmés en alternance à ceux de la grande scène. La scène Xavier Grall, poète breton, offre une alternative à la prog’ de la grande scène avec des artistes souvent jeunes et prometteurs. La scène des Jeunes Charrues accueille les vainqueurs des tremplins organisés par le festival. Finalement, la scène Gwernig accueille des artistes pratiquant de la musique traditionnelle, de Bretagne ou d’ailleurs.

Les Vieilles Charrues sont gérés par une association. Les buts de cette dernière ne se limite pas uniquement à la gestion du festival, mais également au développement et à la promotion de la culture dans la région Centre Bretagne. Cela se fait par le biais de différents projets, ainsi que la possibilité offerte aux jeunes groupes bretons de se produire sur la scène des Jeunes Charrues. De plus, une partie du bénéfice est reversée chaque année à des associations culturelles. Beau geste.

Parlons musique

Hé oui, car l’essentiel est tout de même là, les concerts ! Pour cette édition 2013, les programmateurs ont une nouvelle fois bien fait les choses. Le jeudi 18, seuls quatre concerts seront donnés. Mais plus que la quantité, on aime la qualité. Le moins que l’on puisse dire c’est que nous seront gâté. Raphaël aura l’honneur d’ouvrir les festivités. Puis les Hives prendront le relais pour électriser la foule. Vers 22h30, les allemands de Rammstein illumineront le ciel breton avec leur show qui fait la part belle aux engins pyrotechniques. Finalement Vitalic fera danser les festivaliers jusqu’aux petites heures.

httpv://www.youtube.com/watch?v=mt4Sj1vmFiA

 

Le vendredi 19,  plus de 25 artistes se produiront sur les différentes scènes. Parmi ceux-là: BRNS et leur pop intense, Keny Arkana, Lilly Wood & The Prick avec le pop-folk dansante, Le show-man -M-Paul Kalkbrenner, référence en terme d’electro ou encore les Nord-Irlandais de Two Door Cinema Club. On en salive déjà.

Le samedi 20, pas question d’aller à la pêche aux huitres. Au programme de la journée notamment, Asaf Avidan et sa voix complètement barge, Benjamin Biolay, le rappeur Oxmo Puccino, le rockeur Hanni El Khatib, le mythique groupe de rap The Roots ainsi que la légende vivante du folk Neil Young, accompagné de son groupe Crazy Horse.

Le dimanche 21, histoire de finir en beauté, les programmateurs nous ont prévu les anglais de Alt-J, le guitar hero Carlos Santana, le génial Charles Bradley, La Femme et leur pop onirique, la rappeuse lausannoise La Gale, l’ex-mannequin et actrice Lou Doillon, Marc Lavoine et ses yeux bleus azur, les Sud-Africains de Skip & Die, les rockeurs amateurs de rappels The Vaccinees ou encore les français de Phoenix, déjà présent en 2010. Ce sont eux d’ailleurs qui auront la tâche de clore le festival. Pour mieux renaître l’an prochain ?

httpv://www.youtube.com/watch?v=biGKYl8Kkfo

 

 

Dans le même genre...

Joyeux anniversaire aux copains d'Hateful Monday. Passez leur faire un bec à l'Usine samedi soir.

Le public dansera à Lausanne avec l'électro minimale de la Berlinoise d'adoption

Le Fri-Son de Fribourg accueillera un songwriter talentueux le 18 octobre 2018