KoQa Beatbox – « Nor Will Ever Be »

RaffaelePar Raffaele  •  30 Sep 2016 à 08:00  •  Albums  •   19 views

Après six ans d’activité, le trio Chaux-de-Fonnier KoQa Beatbox sort un debut album sombre et urbain.  

« Six ans déjà et toujours pas d’album de KoQa Beatbox ? » auraient pu s’interroger certains. Si faute il y avait, le tir est désormais rectifié avec « Nor Will Ever Be« . Avec cette sortie, le groupe de la Tchaux mené par le beatboxer Arthur Henry affirme son style mêlant hip-hop, jazz et electro. Depuis ses débuts solo et les nombreux contests auxquels il a participé, KoQa Beatbox a parcouru bien du chemin.

À l’opposé de ses performances scéniques réputées pour être musclées, KoQa Beatbox opte ici pour un sentier plus calme mais aussi plus torturé. Si le titre n’avait pas déjà été prix, le disque aurait pu s’appeler « Voyage au bout de la nuit ». Appuyé par le cuivre (un bugle plus précisément) de Paul Butscher et la batterie de Félix Fivaz, Arthur Henry livre un hip-hop venant des tripes et sonnant comme un exutoire.

Une audace bienvenue

Avec les nouvelles compositions présentes sur l’album, le groupe enrichit son répertoire d’un style résolument nouveau. La démarche est pour le moins audacieuse pour une formation axée jusqu’ici sur l’aspect « performance », que ce soit en concert, dans les festivals ou dans ses clips. « Nor Will Ever Be » recense également plusieurs titres que le trio a pour habitude de jouer et que l’on se plaira à redécouvrir.

On peut dès lors se demander ce que donnera ce premier essai en version live. Le calme avant la tempête, peut-être ? L’avant-dernier morceau ‘Feel Good‘ le laisse présager. Au final, le seul moyen de s’en assurer sera de retrouver KoQa Beatbox, le 25 novembre au festival La Superette.

Hummus Records – 2016

 

Raffaele

J’ai grandi dans les années 90, mes influences sont un vrai patchwork musical. J’apprécie selon l’humeur un gros beat electro, un flow hip hop ou l’effervescence d’un concert de rock. ‘Faut que ça groove !

Dans le même genre...

Un album décevant

Juste parce qu'il faut connaître cet album. Punkt schluss.

Une voix magnétique dont le timbre transpire la fragilité et parle aux fantômes