King Gizzard & The Lizard Wizard – « Nonagon Infinity »

OlivierPar Olivier  •  16 Mai 2016 à 18:00  •  Albums  •   2 views

On ne les arrête plus. Toujours aussi hyperactifs, King Gizzard & the Lizard Wizard viennent de publier leur premier album de 2016, le huitième déjà en quatre ans. Et si certains pensaient que la qualité finirait fatalement par baisser, il leur faudra encore attendre.

Avant de commencer, une rapide rétrospective s’impose.

La dernière fois que je vous parlais des Australiens, c’était à l’occasion de la publication de l’excellent « I’m In Your Mind Fuzz », il y a une année et demi. Que s’est-il passé depuis ? Pléthore de concerts autour de la planète et deux longs formats : « Quarters! » et « Paper Mâché Dream Balloon ». Moins convaincu par ces derniers, malgré le très chillThe River‘ sur le premier cité et l’ambiance pop à la cool du second, je n’ai pas pris le temps de vous en parler en profondeur. Non pas qu’ils soient mauvais cependant, n’hésitez pas à y jeter une oreille si ce n’est pas déjà fait, ça vaut quand même largement le coup.

Vous déduirez donc que si je reviens vers vous aujourd’hui, c’est que le petit dernier doit valoir son pesant de cacahuètes. Je ne peux qu’approuver tant « Nonagon Infinity » envoie.

Exit les bizarreries, KG&TLW retrouve ici son garage-psyché tonitruant que l’on connaît depuis « Oddments »/ « I’m In Your Mind Fuzz ». Outre l’esthétique – à la limite de l’occultisme cette fois, la principale évolution avec cet album se veut dans la globalité, la bande semblant toucher à un aboutissement sonore.

Là où elle assemblait quatre morceaux à la suite pour n’en faire qu’un il n’y a pas si longtemps, elle a décidé cette fois de faire s’enchaîner tout le disque afin de pouvoir le lire en boucle infinie. L’équilibre des compositions impressionne, des boucheries rock’n’roll (‘Robot Stop‘, ‘Gamma Knife‘, ‘People-Vultures‘ ci-dessous, ‘Road Train‘) aux créations plus aventureuses et hallucinantes (‘Mr Beat‘, ‘Invisible Free‘, ‘Wah Wah‘). Aucun titre n’est à jeter et tous démontrent la maîtrise du septuor à jouer avec des atmosphères et des structures différentes, tout en ayant de plus en plus cette capacité féline à toujours atterrir sur ses pattes proprement.

Vous l’aurez compris, je vote une nouvelle fois en faveur de King Gizzard & the Lizard Wizard pour son élection au rang de plus excitant groupe de rock actuel. Et tant qu’on y est, pour ‘Evil Death Roll‘ (ci-dessus) en tant que meilleur titre garage depuis… ‘The Dream‘ des Thee Oh Sees ?

 

« Nonagon Infinity »

King Gizzard & The Lizard Wizard

2016
 
Auteur:
Olivier

Défenseur du rock’n’roll, expert en prix de l’essence, fanatique de la Sainte-Boisson et éternel admirateur de Yannik Paratte.

Dans le même genre...

La sensualité enserre la musique de Warhaus d'une étreinte à la fois ferme et délicate.

Préparez vos oreilles, Metz est de retour... et avec Steve Albini aux manettes.

Les punks de Hateful Monday sont de retour avec un nouvel album.