King Creosote – « From Scotland With Love »

AlexPar Alex  •  4 Fév 2015 à 07:00  •  Albums  •   1 view

King Creosote fait partie de la famille de mes artistes favoris depuis l’album « Diamond Mine ». Il l’avait alors coécrit avec Jon Hopkins en 2012. En 2014, il signe la musique du film « From Scotland With Love«  avec de nombreux musiciens écossais.

Les images d’archive réservent souvent de belles surprises. Virginia Heath a commencé à les compiler dès 2013 et les a utilisées pour composer un film poétique. Les thématiques sont hautement humaines et évoquent le film « Baraka » de Ron Fricke. Si vous ne l’avez pas vu, alors regardez-le! C’est une merveille de contemplation. La réalisatrice écossaise a dès lors contacté King Creosote pour renforcer la charge émotionnelle de son film.

L’album de King Creosote contient une espèce de douce nostalgie et une joie contagieuse. Il serait notamment dommage de passer à côté d’un morceau tel que ‘Cargill’ dans lequel la batterie donne le change aux notes de piano et aux instruments à vent. Et puis vient le très dansant ‘Largs’ qui nous pose au milieu d’une piste de danse écossaise où l’accordéon et la clarinette s’assemblent en toute légèreté. Enfin, l’excellent ‘Miserable Strangers’ est un morceau à la frontière d’une berceuse et d’une composition aérienne.

L’ensemble des titres forme ainsi une pop teintée de tradition écossaise où il fait bon s’oublier. King Creosote s’installe donc définitivement dans la liste des artistes vers lesquels je ne cesserai pas de tourner mes oreilles pour les gâter. Il nous reste à présent l’envie de voir ce que la musique raconte dans le film.

Domino – 2014
Alex

De Brel à Fink en passant par Louis Armstrong et Sigur Ros, voilà ceux qui me marquent et touchent. La musique doit être un voyage, un envol et un rêve. Réveiller l’âme. Veiller l’être. Dévoiler le cœur.

Dans le même genre...

Orelsan est de retour et il n'hésite pas à frapper fort les instrus de son flow basique.

Un album qui est surtout une belle découverte. Lisez, écoutez et vous comprendrez.

Comment rebondir quatre ans après un "... Like Clockwork" bien dark? Réponse avec cette chronique...