Kilbi 2017: *Rattle* *Rattle* *Rattle*

OlivierPar Olivier  •  5 Juin 2017 à 19:37  •  Live  •   4 views

Nous y voilà, la vingt-septième édition du Bad Bonn Kilbi est à présent derrière nous. Et après un samedi où l’on est un peu passé à côté, on a su rebondir pour la dernière soirée.

Premier constat, sans la pluie on est tout de suite mieux. Ce dimanche soir est sec et pas trop frais, les conditions sont au rendez-vous. Le parking ne peut pas en dire autant, devenu champ de boue durant la nuit. Une petite marche supplémentaire, ça ne fait de mal à personne.

Le gros morceau de ces ultimes moments de Kilbi vient d’Australie et rallie toujours plus de monde à sa cause au fil (inépuisable) des sorties de ses albums. Une fois n’est pas coutume, il sera ici question de King Gizzard & the Lizard Wizard.

Quelques jours après avoir retourné le Primavera, la bande est donc de passage à Düdingen. Enfin plutôt de retour, puisqu’ils étaient venus il y a deux ans au Bad Bonn. C’est donc plein d’enthousiasme que l’on attendait de pouvoir (enfin) entendre ce que donnait « Nonagon Infinity » en live, sans oublier « Flying Microtonal Banana » et « Murder of the Universe » les deux premiers albums des cinq prévus (!) pour 2017.

Nous n’étions d’ailleurs pas les seuls, une foule compacte étant présente devant la scène. Une foule qui était assurément là pour la chie, encourageant la troupe sitôt que le rythme descendait, cherchant à obtenir un maximum d’occasions de pogoter. C’est donc ravie qu’elle a accueilli les premières notes de ‘Evil Death Roll’, véritable ouverture des festivités garage après les psychés ‘Rattlesnake’, ‘Nuclear Fusion’, ‘Doom City’ et ‘Sleep Drifter’.

C’est à partir de ce moment que les crowd surfs et autres jets de bières ont débuté, pour ne plus s’arrêter. Issues du tout récent « Murder of the Universe », ‘Altered Beast I/II/III’, ‘Altered Me I/II/III’ et ‘The Lord of Lightning’ convainquent plus en live qu’à l’écoute sur disque, ce qui nous rassurent un poil. Elles restent cependant un bout en deçà du trio de l’enfer ‘Robot Stop’/‘Gamma Knife’/‘People-Vultures’ qui aura été le moment le plus chaud de la soirée. La bande est plus carrée que le passé, mais compense par un son démesuré et des projections qui font mouche.

Après une heure et quart quasi ininterrompue et le traditionnel finish à la Santana (‘The River’), la troupe quitte la scène. Preuve de l’appréciation du public, elle reçoit cinq minutes de demande de rappel puis une pluie de sifflets quand les techniciens entament le changement de set, plombant les derniers espoirs d’un retour.

Au Kilbi, on appelle ça un concert plus que réussi.

 
Auteur:
Olivier

Défenseur du rock’n’roll, expert en prix de l’essence, fanatique de la Sainte-Boisson et éternel admirateur de Yannik Paratte.

Dans le même genre...

Le groupe de heavy metal américain jouera son meilleur album dans son intégralité vendredi dans la...

Richard Galliano et Ron Carter clôturent avec complicité le succès de l'édition 2017 du festival...

Le Joshua Redman Trio était à la hauteur des attentes au JazzOnze+ Festival de Lausanne.