Kilbi 2017: Un ange passe

YannickPar Yannick  •  3 Juin 2017 à 12:05  •  Live  •   5 views

La grande messe singinoise de la musique alternative a démarré hier soir. Comme toujours, cette première soirée du Bad Bonn Kilbi mouture 2017 nous a fait voyager et découvrir. Arrêt sur l’une des artistes attendues de cette 27e édition, Angel Olsen.

C’est par un temps pré-estival et sur un terrain sec que s’est ouvert la 27e édition du Bad Bonn Kilbi. Un fait assez rare pour le signaler. Même si, ne soyons pas dupe, ça ne saurait durer. Qu’importe. C’est l’esprit léger et avide de surprises et autres découvertes que nous nous sommes rendu en terres singinoises. On ne va pas vous mentir, on n’a pas toujours tout compris à ce qui se passait sur les différentes scènes, mais c’est le jeu. Le petit plaisir du maître des lieux, Daniel Fontana. Et donc, après un belle mise-en-bouche proposée par les Flamingods, on s’est docilement posé devant la main stage en attendant la venue d’Angel Olsen.

Il est 21h lorsque l’Américaine monte en scène. Angel Olsen s’est peu à peu imposée comme l’une des grandes dames du folk-rock moderne. Elle a publié en septembre dernier sa troisième galette, baptisée My Woman. Un disque dual, entre rock passif-agressif et ballades délicates aux envolés presque lyriques. Un album subtil, doux-amer entre bonheur, espoir, tristesse et exaspération.

Une dualité qui se transpose magnifiquement sur scène. Accompagnée par cinq musiciens visiblement bien rodés, Olsen démarre son set par ses titres les plus rock. Arrangements soignés et tempo upbeat. Un petit parfum soul s’échappe du line-up, les cuivres en moins. Entre les morceaux, la native de Saint-Louis ne lâche pas grand chose, elle serait quelque peu timide parait-il. Puis au fil des minutes, on bascule vers des morceaux plus aériens. Une douce nostalgie s’empare alors du public, soudain silencieux, emporté par l’univers de l’artiste. L’ange lâche par moment sa guitare pour se consacrer au mellotron, ou apparaissant plus simplement, micro à la main, se baladant sur scène, se donnant de faux-aires de Nancy Sinatra.

Et même si l’on sait que le Kilbi proposera d’autres satisfactions, ce concert restera quoiqu’il arrive, comme l’un des moments marquants de cette édition 2017.

 
Auteur:
Yannick

Une semaine est composée de sept jours, une guitare possède six cordes et la main humaine compte cinq doigts. Bizarre, non ?

Dans le même genre...

Court retour sur le concert de Caballero & JeanJass à la Case à Chocs vendredi dernier et brève...

Les fans de hip hop satisferont leurs besoins de bon son avec Alaclair Ensemble et Murmures...

Le groupe de heavy metal américain jouera son meilleur album dans son intégralité vendredi dans la...