Kilbi 2017: Journée grise

YannickPar Yannick  •  4 Juin 2017 à 17:04  •  Live  •   8 views

Le Bad Bonn Kilbi est un festival à part. Sa programmation n’a pas pour ambition de plaire, mais de séduire. Une nuance légère, mais capitale. Et parfois, il arrive que nous, simples festivaliers, passions un peu à côté.

Au fil des années, Daniel Fontana et son équipe ont su se bâtir une réputation et gagner la confiance d’une armée de fidèles, rayonnant jusqu’à loin à la ronde. Il suffit d’observer les plaques d’immatriculations des véhicules garés dans le champ reconverti en parking; Genève, Vaud, Neuchâtel, Berne… mais aussi St-Gall, les Grisons ou l’Allemagne. Une armée suffisamment nombreuse pour, chaque année, écouler l’intégralité des billets en quelques minutes. Des fidèles qui ne se rendent pas sur le festival en se réjouissant de voir tel ou tel artistes, mais plutôt de découvrir de nouveaux visages, de nouveaux sons.

Et quand on va à la pêche, il faut accepter de rentrer bredouille. C’est le jeu. C’est ce qui m’est arrivé hier soir, ou presque. Un constat qui ne souffre d’aucune amertume. Je connaissais le risque, et je l’ai accepté avec un grand sourire. Et je ne remets pas en cause ici la qualité des artistes présents ni leur prestation. Simplement que parfois, ça ne clique pas. Alors je me suis baladé de scène en scène, je me suis accroché, sans jamais crocher.

Une soirée un peu « sans » donc pour moi au Kilbi, une première. Elle ne remettra par contre nullement en cause la foi et l’admiration que je porte au rendez-vous singinois. Que ce soit par son esprit, son ambiance et sa philosophie, le Kilbi est un événement majeur, incontournable et inestimable dans le paysage musical suisse. Un petit village qui résiste encore et toujours dans une industrie où festival rime trop souvent avec commercial. Et puis bon, comme dans la vie, rien n’est jamais tout blanc, ni tout noir, la soirée s’est tout de même conclue sur une bonne note avec la prestation plus qu’admirable des Moonlandigz. Mais ça, c’est Olivier qui vous en parle.

 
Auteur:
Yannick

Une semaine est composée de sept jours, une guitare possède six cordes et la main humaine compte cinq doigts. Bizarre, non ?

Dans le même genre...

Le groupe de heavy metal américain jouera son meilleur album dans son intégralité vendredi dans la...

Richard Galliano et Ron Carter clôturent avec complicité le succès de l'édition 2017 du festival...

Le Joshua Redman Trio était à la hauteur des attentes au JazzOnze+ Festival de Lausanne.