Josefin Öhrn & the Liberation – « Mirage »

OlivierPar Olivier  •  15 Nov 2016 à 19:12  •  Albums  •   5 views

Il y a des labels à suivre. Une garantie de sorties régulières et intéressantes, un catalogue duquel nous ne jetterions quasiment aucune référence. Rocket Recordings en est un. Basée en Angleterre, la maison de disque possède un solide inventaire pour les amoureux de psychédélisme. Notre dernier coup de coeur ? « Mirage », second album de Josefin Öhrn & the Liberation.

Une fois n’est pas coutume, c’est en Suède que Rocket Records est allé piocher du talent. Déjà partenaires de Goat, Flowers Must Die ou encore Hills, le label a su trouver en Josefin Öhrn une autre forme de musique hallucinée venue du Nord, plus douce que celles de ses collègues certes, mais pas moins hypnotique pour autant.

Car la force de sa musique réside dans sa répétitivité. Nous sommes en présence d’un krautrock soigné, aux multiples couches superposées et qui ose mélanger les influences. L’ombre du Velvet Underground plane sur les compositions, à laquelle s’ajoute des touches métalliques électroniques ou des percussions à la limite du tribal. Le tout s’enchaîne dans un faux rythme, que l’on pense lent, mais qui a vite fait de nous embarquer pour de bon dès lors que les guitares saturent et que le tambourin se fait plus marqué.

« Mirage » est un disque de nuit, né de la nuit. Imaginées lors des longues attentes qui constituent le quotidien d’un artiste en tournée, les jams qui le composent se veulent les lumières d’un phare bienveillant, se dressant droit dans une pénombre presque complète. Un repère où l’on se sent bien et que l’on ne saurait avoir envie de quitter. Du moins jusqu’à ce que le jour se lève après une dernière tempête. L’obscurité balayée d’un coup de vent chaud, laissant sa place à un soleil éclatant.

En véritable Maîtresse des Éléments, Josefin Öhrn signe avec « Mirage » un voyage tout simplement captivant.

 

« Mirage »

Josefin Öhrn & the Liberation

2016
 
Auteur:
Olivier

Défenseur du rock’n’roll, expert en prix de l’essence, fanatique de la Sainte-Boisson et éternel admirateur de Yannik Paratte.

Dans le même genre...

La sensualité enserre la musique de Warhaus d'une étreinte à la fois ferme et délicate.

Préparez vos oreilles, Metz est de retour... et avec Steve Albini aux manettes.

Les punks de Hateful Monday sont de retour avec un nouvel album.