Jon Hood – ‘Body Semantics’

AlexPar Alex  •  3 Déc 2017 à 07:00  •  Découvertes  •   33 views

C’est titre sensuel pour un premier single. C’est un extrait du premier album du trio Jon Hood: « Body Semantics ». Une petite plongée pop dans des fonds marins bariolés.

Une rythmique obsédante cadence la mélodie. Quelques brefs coups de guitares et des piques de synthétiseurs se répètent et des bidouillages électroniques discrets forment le squelette mélodique de la composition. On se croirait parfois dans un amplificateur. Cette phrase, je vous l’accorde, est étrange. Et pourtant elle dit assez justement le froissement entre les différents instruments.

À la première approche, ‘Body Semantics’ semble banal. Le morceau se dévoile au fil des écoutes. De petits détails sonores surprennent l’auditeur tel que les vibrations semblables à une scie musicale qui virevolte au ralenti. Des sonorités entêtantes s’imposent et la voix de la chanteuse Joan Seiler charme l’auditeur. Son phrasé quasi robotique et l’étrange délicatesse de son grain de voix s’approchent de Cat Power. On entre progressivement dans le tempo et puis on y reste bloqué.

C’est alors que commence un naufrage salvateur. L’impression de nager et d’observer le scintillement de poissons colorés entre les fissures du corail. Quelque chose d’hallucinogène apparaît lorsqu’on ferme les yeux. L’effervescence des fonds marins apparaissent et apaisent. Quelque chose pétille. Quelque chose frétille. Le battement du coeur ralentit et on entre en sérénité.

 

« Body Semantics »

Jon Hood

13 octobre 2017
 
Auteur:
Alex

De Brel à Fink en passant par Louis Armstrong et Sigur Ros, voilà ceux qui me marquent et touchent. La musique doit être un voyage, un envol et un rêve. Réveiller l’âme. Veiller l’être. Dévoiler le cœur.

Dans le même genre...

Découvrez en exclusivité le nouveau clip 'In The Eye of A Dying Bird' d'Organ Mug, issu de son LP à...

Spirit Fest est une caresse musicale pour les oreilles et un plaisir pour vos rêveries futures.

Quand la musique est à la limite de la cassure, nous nous émerveillons devant les moindres détails.