John Smith: « Elle sait toucher le public. Je sais calculer la musique. »

AlexPar Alex  •  14 Fév 2017 à 07:00  •  Interviews  •   5 views

Vous avez peut-être entendu que les voix de Lisa Hannigan et John Smith harmonisent à merveille. Nous en parlions dans l’annonce de leurs concerts respectifs au Festival Antigel 2017. Nous les avons rencontrés ensemble le vendredi 10 février à l’Alhambra de Genève.

Crédits photo: Aude Haenni

Ils nous ont reçus en toute simplicité dans les loges. Il était d’abord réservé, peut-être gêné de partager l’interview avec la tête d’affiche. Elle était d’humeur taquine, le sourire aux lèvres et le rire au cœur durant toute la rencontre. Notre discussion devait illustrer la complicité qu’il existe entre les deux musiciens. Elle possède une voix élastique, merveilleuse. Il est ce guitariste au toucher unique.

Il suffit de lire notre interview pour confirmer l’intuition que nous avions avant le concert. Ils sont complices à la fois sur scène comme à côté. Par ailleurs, l’Alhambra et son excellente acoustique était le lieu parfait pour programmer ces deux musiciens.  Lisa Hannigan a su transformer la salle en rêverie musicale et a particulièrement brillé dans ses interprétations seule en scène. John Smith a électrisé le public à la force de sa guitare, parfois funky, et à l’aide de son humour. Melissa Kassab a également touché le public avec sa merveilleuse voix.

Abordons d’abord la question des harmonies puisque vous chantez souvent ensemble. Est-ce quelque chose que vous appréciez ?

Lisa Hannigan : Oui ! J’aime les harmonies depuis mon enfance. Nous chantions déjà en chœur avec mes amis à l’école. C’était un jeu que nous apprécions. Aujourd’hui, je chantonne même lorsque j’adore une mélodie qui passe à la radio. Mais il est extrêmement rare de trouver une personne avec laquelle il existe une complicité musicale naturelle. Et John a une voix qui colle parfaitement à la mienne. C’est extrêmement agréable de partager des harmonies avec lui puisque nos voix s’harmonisent sans trop de difficulté. Dès que nous avons chanté ensemble pour la première fois, nous avons senti une connexion musicale particulière. (John acquiesce). C’est très rare, je crois.

John Smith : Oui, c’est vrai. À l’origine, j’ai rencontré Lisa en studio comme simple guitariste. Et puis quand nous sommes parti en tournée, elle m’a demandé si j’avais envie de travailler les harmonies. C’est alors que nous avons remarqué nous pouvions en interpréter aisément.

Est-ce que vous préférez jouer pour l’autre ou pour vous-mêmes ?

J.S. : C’est deux choses totalement différentes. Quand je joue pour les autres, j’explore une partie nouvelle de ma musicalité. Je me trouve alors à côté d’un musicien et je contribue à son univers musical. Quand je joue sous mon nom, je suis complètement moi-même. Au côté de Lisa, par exemple, je joue pour compléter pleinement les attentes de son groupe. J’essaie de bien comprendre leur processus de création et de m’y adapter sans trop contrarier leurs projets.

L.H. : C’est la même chose quand je chante pour John. J’essaie de trouver la voix adéquate pour renforcer l’émotion qu’il exprime dans le morceau qu’il a écrit. Je sonde les sentiments qu’il souhaite exprimer et je me laisse emporter.

Lisa, est-ce facile d’intégrer, par exemple, le jeu de guitare si particulier de John (pincement de cordes) à tes compositions ?

L.H. : En fait, c’est simple. J’ai réalisé à quel point j’étais mauvaise à la guitare en travaillant aux côtés de John pour « Passenger » (Rires).

J.S. : D’ailleurs nous avions un petit club de guitare durant la tournée. Nous apprenions de nouvelles choses entre les concerts. En même temps, je suis le genre de gars qui reste enfermé toute la journée à jouer de la guitare. (Rires)

L.H. : C’est ce que tu dois faire. C’est exactement pour cela que tu si bon à la guitare et que tu es si talentueux.

J.S. : Et Lisa a cette merveilleuse…

L.H. : …naïveté… (Rires)

J.S. : …qui la rend si forte dans les intuitions. Elle sait toucher le public. Je sais calculer la musique.

A vous entendre, je comprends que, Lisa, tu as la technique de la voix et toi, John, tu as la technique dans le jeu de guitare ?

J.S. : Oui, absolument.

L.H. Non, il a la même technique de voix… (Rires)

J.S. : Franchement Lisa m’a appris à chanter comme à l’opéra, surtout dans les notes aigües. J’ai appris les harmonies en tournant avec elle.

L.H. : C’est parce que tu devais. (Rires)

J.S. : Oui, c’est parce que c’était nécessaire pour « Passenger », particulièrement pour O Sleep’. Mais je ne savais pas le faire auparavant.

L.H. : Vraiment ?

J.S. : Oui. Tu étais en studio et tu m’as demandé d’essayer le Oooo sleeeep (il imite le morceau avec une voix aigüe et un peu déstructurée) (Rires). Et j’étais genre hum, hum (raclement de voix grave). Et j’ai dû trouver une solution pour interpréter parfaitement le morceau à tes côtés.

Ma dernière question concerne mon morceau favoris de chacun de vous. John, j’adore ton ‘England Rolls Away’ et, Lisa, ‘Snow’ est merveilleux. Y a-t-il une histoire derrière ces deux morceaux ?

J.S : ‘England Rolls Away’ est un morceau qui met en scène le départ de Londres et de l’Angleterre. Le plaisir de prendre le large, de s’en éloigner, sans savoir pourquoi j’ai toujours besoin d’y revenir.

L.H. : Ce morceau me donne toujours l’impression d’être dans un train. C’est le rythme de la guitare. J’ai la sensation de voir des flashs d’Angleterre par la fenêtre d’un train.

J.S. : C’est assez juste.

L.H. : ‘Snow’ est un morceau dans lequel j’ai essayé d’exprimer ce que je ressentais en marchant dans la neige avec un ami dans les rues de Dublin. C’est qu’il n’y a pas souvent de la neige là-bas. C’est assez exceptionnel. Je voulais me souvenir parfaitement de cet instant sous les flocons. Et, plus généralement, j’ai composé ce morceau pour revivre l’émotion de ces moments uniques en compagnie de personnes qu’on aime.

Le Festival Antigel continue encore jusqu’au 18 février 2017.

 
 
 

« Headlong »

John Smith

Barp Ltd
2017
 
Auteur:
Alex

De Brel à Fink en passant par Louis Armstrong et Sigur Ros, voilà ceux qui me marquent et touchent. La musique doit être un voyage, un envol et un rêve. Réveiller l’âme. Veiller l’être. Dévoiler le cœur.

Dans le même genre...

Phanee de Pool a sorti son premier album. Nous nous sommes assis autour d'une table pour en savoir...

Les thrasheux singinois s'ouvrent à nous à l'occasion de la sortie de leur dernier album.

Rencontre avec le groupe neuchâtelois Yanač