Jetlakes: « C’est une grande fierté de jouer à Caribana »

PatrickPar Patrick  •  2 Juin 2015 à 12:30  •  Live  •   7 views

Le Caribana ça commence mercredi avec une soirée placée sous le signe du rock, voire même du métal avec, comme tête d’affiche, Marylin Manson.

Le festival, lui est plus panaché, comme on en a l’habitude à Crans-près-Céligny. Se succéderont notamment John Newmann, Metronomy, The Cardigans et Gentleman. La journée des familles aura même le droit à Mika.

Ça tombe bien, on va justement parler du dimanche, mais pas du gaillard qui fait tourner sa chaise sur TF1, plutôt du groupe genevois qui monte: Jetlakes. Après deux EP et des dates prestigieuses, la bande de potes entre dans l’arène des festivals suisses romands. Ils nous avaient tapés dans l’oeil l’été passé, c’est maintenant aux programmateurs qu’ils font les yeux doux.

Rencontre à la terrasse d’un café non loin de l’aéroport de Cointrin avec Alex (chanteur et pianiste), Gaël (guitare), Arthur (batterie), David (basse) et Steve Forward, leur réalisateur. Petit déj’ et discussion au milieu des pilotes en escale.

Salut les gars, on va commencer de manière pleinement originale, je vais vous demander de vous présenter.

Alex: Je vais m’en charger. Je suis Alex, je suis le chanteur du groupe. Tu en veux plus? (rires, il prend une voix sérieuse) J’ai 27 ans, j’ai une formation dans la communication et je suis chanteur du groupe Jetlakes, pas encore marié, mais bientôt (rires). Non, c’est pas vrai.

Et pour le groupe?

Alex: On est amis depuis une dizaine d’années avec Arthur et David, Gaël a rejoint le groupe en septembre. On avait une autre formation, Wind of Change, avant ça qui s’est arrêtée en 2013, on a rencontré Steve (NdR: leur réalisateur, qui s’occupe de la gestion artistique du groupe) et s’en est suivi un premier deux titres « Back to Life » et l’histoire était lancée. On a eu besoin de changer d’identité après l’arrêt de Wind of Change. Vu qu’on changeait d’identité, il fallait changer de nom

Et au réalisateur, qu’est-ce qui lui a tapé dans l’oeil chez ces quatre gaillards?

Steve: Ils m’ont plutôt tapé dans les oreilles. Je les ai rencontrés la première fois, c’était encore Wind of Change, et franchement je n’étais pas trop fan (rires), même pas du tout. Mais le grain de voix d’Alex et la volonté générale du groupe étaient très bons. J’ai décidé d’investir dans le projet, 18 mois après je suis toujours là et la machine avance. On essaie de développer quelque chose de professionnel et qui sort un peu du cadre exclusivement romand.

Bon les gars, il faut que vous m’expliquiez votre délire avec les covers…

Alex: C’était pendant l’écriture de l’EP « Projections » sorti en janvier. Le but était de donner de l’actu sur les réseaux sociaux, montrer le groupe sous une autre facette. Celle d’Avicii, on a tout fait nous-mêmes. L’idée nous est venue de faire un petit jeu sur Facebook, il fallait que les personnes qui nous suivent suggèrent un morceau et on a choisi Bruno Mars parmi les propositions.

Et l’album?

Gaël: On est en pleine composition et écriture. Steve vient une fois par mois pour travailler les titres avec nous. On espère enregistrer au mois d’août et sortir l’album entre l’automne et la fin de l’année.

Passons au live, vous faites votre entrée dans le grand bal des festivals en Suisse avec Caribana, une certaine marque de reconnaissance?

Gaël: Pour un groupe qui n’existe que depuis un an et demi, pouvoir faire le Caribana c’est extrêmement gratifiant. D’autant plus pour moi qui ne suis là que depuis septembre, pouvoir faire une telle date c’est assez impressionnant. Pour parler franchement, je suis un peu sur le cul.

Vous, votre expérience des festivals c’est plutôt bière-saucisse ou eau minérale et programme millimétré?

Arthur: Moi, c’est clairement bière et saucisse (rires). C’est plus simple pour se promener et découvrir des nouvelles choses. Les fêtes de la musique typiquement, c’est le lieu rêvé. Je me réjouis du 21 juin pour me promener, manger de la bière et boire des saucisses (rires)!

Alex: Je vais au Greenfield cette année, du coup ça sera plus burger, grosse bière, un joli camping et on va bien schlinguer pendant trois jours. Ça sera chouette.

Un souvenir particulier?

Gaël: Au festival Guitare en scène à Saint-Julien (NdR: dans la périphérie genevoise). La tête d’affiche c’était Alvin Lee, l’ancien guitariste de Ten Years After. J’étais fan et on jouait juste avant lui. L’histoire c’est que j’ai passé ma journée à tenter de le rencontrer et la première image que j’ai de lui, c’est en allant me laver les mains aux toilettes. Alvin Lee entre et pisse la porte grande ouverte, appuyé contre le mur. Moi, je l’attends toute la journée et finalement je le vois en train de pisser. Un grand moment de rock’n’roll. (rires)

Alex: La pire anecdote que j’ai, c’est au Greenfield. La première fois que j’y vais, j’étais tout fou, j’ai bien installé ma tête, tout allait à la perfection… sauf que je me suis tapé 41 de fièvre. A la base je voulais tenir, mais après trois concerts je suis rentré à la maison. Mon meilleur souvenir! (Rires)

Arthur: C’est toujours drôle de voir les backstage, mais non, rien de croustillant. Ah si! A Guitare en Scène, on a vu Iggy Pop se balader pratiquement à poil, c’est presque banal en fait. (rires)

Caribana, vous y êtes allés? Il y a un groupe ou un moment qui vous a marqué?

Alex: Les Stereophonics en 2008. Je n’ai pas tellement aimé leur attitude scénique, très froide, mais le concert était très bien. Si tu me poses la question dans une semaine, je te dirais certainement que ça a été avec Jetlakes.

David, le bassiste, nous rejoint en pleine interview sous les huées de ses camarades.

J’étais en train de demander quels étaient les souvenirs de Caribana.

David: J’y suis allé avec Alex, mais je pense qu’il a déjà tout raconté. Pour moi, c’est une fierté d’aller jouer là-bas, j’adore ce festival. Quand j’ai reçu le message de confirmation, j’étais vraiment heureux.

Arthur: J’ai joué sur la petite scène une fois. Il y avait plus de brins d’herbe que de public. (rires).

Si je vous dis: vous pouvez jouer dans n’importe quel festival, en Suisse. Vous choisiriez lequel?

Alex: Festi’Neuch

Gaël: Paléo

David: Montreux

Arthur: Festi’Neuch aussi

Dimanche, vous allez partager la scène avec Mika. Alex, en tant que chanteur, tu penses qu’il aurait buzzé et se serait retourné pour la reprise de ‘Brother‘? (rires)

Alex: Probablement, très certainement en fait. Les quatre se seraient retournés même! J’aurais pris Jennifer, non, Zazie plutôt.

Gaël: Non Jennifer…

Alex: Ouais, Jennifer elle est plus jolie. Je n’en sais rien, je ne sais pas quoi répondre à ta question, c’est une question difficile mine de rien, allez, Zazie, artistiquement elle me plaît plus. Ça serait extrêmement prétentieux de dire qu’il se serait retourné et la circonstance ne se produirait pas vu que je ne foutrai jamais les pieds là-bas. (rires)

On a commencé dans l’originalité, on va finir de la même manière: c’est quoi le compact disc qui tourne dans votre Discman ces derniers temps?

Alex: Le best of de Keane.

Gaël: Hier, je me suis fait le dernier album d’Oasis.

David: Ces temps, j’écoute pas mal les premiers Maroon 5, quand c’était bien.

Arthur: Je découvre Kings of Leon avec « Mechanical Bull« , il passe en boucle ces jours.

Jetlakes jouera dimanche à Caribana à 14h15 sur la grande scène. Vu que c’est déjà sold-out, vous pourrez les retrouver le 20 juin à la Fête de la musique à Genève, le 21, toujours dans le cadre de la Fête de la musique à Yverdon (17h30) et Fribourg (20h40), le 26 juillet aux Fêtes de Genève et le 22 août au Festiverbant à Landecy dans la campagne genevoise.

Patrick

Un jour je chasserai la marmotte. En attendant j’écris bénévolement des articles sur des groupes obscurs pour me payer l’attirail nécessaire afin de réaliser mon rêve. La vie, c’est pas facile.

Dans le même genre...

Court retour sur le concert de Caballero & JeanJass à la Case à Chocs vendredi dernier et brève...

Les fans de hip hop satisferont leurs besoins de bon son avec Alaclair Ensemble et Murmures...

Le groupe de heavy metal américain jouera son meilleur album dans son intégralité vendredi dans la...