Damien Rice

AlexPar Alex  •  9 Sep 2013 à 11:32  •  Irlande, Tour du Monde  •   123 views

Damien Rice apparaît comme le plus grand mystère et le secret le mieux gardé de la musique irlandaise. Peut-être que l’affirmation est un poil exagérée lorsqu’on sait que son premier album « O » s’est vendu à plus de deux millions de copies. Même si elle fait sens, ses apparitions et ses productions sont rares depuis six ans. Ce qui le distingue ? Il a auto-produit « O » sur son propre label Damien Rice Music (DRM) avant d’attiser la curiosité des grandes maisons de disques.

Mais l’enfant de Celbridge ne s’attendait pas à un tel succès et souhaitait uniquement écrire un album puis quitter le monde de la musique, car il ne s’est jamais senti à sa place dans l’industrie musicale. Ce qui explique sa disparition de la sphère publique après la sortie de son second album « 9 ». On le retrouvait quand même, ici, barbu comme un sans-abri, et là, jouant avec Bono ou Glen Hansard. Mais jamais il n’a dévoilé où il en était avec l’écriture.

httpv://www.youtube.com/watch?v=hFySnZl2O8o

Où tout débute

Sa carrière solo commence vraiment en 2000 lorsque sa grand-mère le met en contact avec un cousin compositeur qui alors lui achète quelques micros et des amplificateurs. Il possédait dès lors un studio mobile qu’il a utilisé pour enregistrer n’importe où et quand il le voulait.

Damien a notamment enregistré le merveilleux ‘Eskimo’ dans l’appartement d’amis de Paris qui aimaient tellement le morceau.  Il est parti de Dublin pour la capitale française où il trimbalait tout son matériel dans le métro au point que les micros dépassaient par dessus sa tête. De Dieu l’image ! Ça devait être drôle de le croiser au hasard du Trocadéro avec tout cet équipement sur le dos. Après l’enregistrement, il est immédiatement reparti à la maison en Irlande pour finaliser « O ».

Il serait du genre spontané. Cela tous l’ignorent et personne ne peut l’affirmer, contrairement au fait qu’il fait preuve d’une sensibilité unique qu’il révèle à travers ses compositions et ses improvisations d’après concert. Il n’hésite pas à inviter ses fans à venir sur un pont de Prague pour chanter un moment ensemble dans la rue.

httpv://www.youtube.com/watch?v=1EljQfXmKiI

L’événement bouleversant

Rien n’égale son écriture. ‘I Remember’, ‘Cannonball’, ‘Amie’ ou ‘Cheers Darlin’ illustrent un sens admirable de la narration et de la métaphore dans les paroles. Il est aussi bon pour une surprise musicale comme l’apparition de Dorreen Curran, chanteuse d’opéra irlandaise, pour le final en apothéose de ‘Eskimo’.

Il utilise également le multitrack recording qui renforce parfois la profondeur de sa musique. Non seulement cette technique lui a permis de superposer des enregistrements réalisés dans différents endroits et à différents moments, mais elle lui a aussi offert la possibilité d’ajouter des « nappes musicales » au gré de l’envie pour provoquer un crescendo souvent sous l’impulsion des instruments à cordes. Ce qui n’était pas chose commune dans la musique de 2002. Précurseur ? La question reste ouverte.

Je vous laisse maintenant libre arbitre des chansons précédemment citées. La certitude est qu’elles ont eu un énorme impact sur moi. Il faut les écouter pour se faire une idée et voir si la magie opère. La présence de Lisa Hannigan, songwriter irlandaise, n’est pas à négliger tellement elle semble avoir inspiré et influencé Damien tout au long des deux albums qu’il a enregistré. Au point de le rendre totalement accro et de former un couple ? Elle s’occupait au départ que des parties « back vocals » puis les compositions de Damien sont devenues dépendantes de cette voix légère qui se mariait si bien à la gravité du chanteur. La meilleure démonstration est le dialogue électrique qu’ils partagent dans ‘I Remember’ ou la rage du plus récent ‘9 Crimes’ où elle chante plus que Damien.

« 9 » sort un peu contre la volonté de Damien en 2006. Il est alors un peu victime de son succès et « forcé » de donner une suite à « O ». Ce qui a rapidement installé un stress chez l’artiste au point de le mener à virer Lisa du groupe avant un concert à Munich. Depuis, le contact est rompu entre les deux. Il reste seulement l’amertume tellement présente dans les paroles de ‘Greatest Bastard’, la dernière nouveauté de l’Irlandais.

httpv://www.youtube.com/watch?v=cgqOSCgc8xc

Le regret et l’attente du nouvel album

Le succès de Damien a été si grand qu’il a crée une communauté de fans qui le suivent et annoncent les nouveautés au fur et à mesure des apparitions toujours plus nombreuses depuis juin 2013. Il avait ébauché un trip de dix jours entre Dublin et Barcelone qui devait le pousser à composer une chanson par jour. Certains parlent d’un nouvel album pour 2014. Ce que j’espère profondément. Mais rappelez-vous qu’il a dit qu’il n’écrirait qu’un seul album de sa carrière. Le mystère reste donc entier et le rend d’autant plus indispensable à l’écoute et pour notre mois sur l’Irlande.

httpv://www.youtube.com/watch?v=0y_uGhmYi1c

Source : http://ohnotheydidnt.livejournal.com/42290959.html

Dans le même genre...

Il existe un tout petit milieu de l'électro underground en Chine. DJ, producteur, Sulumi appartient...

Le rock chinois s'invite chez nous le temps d'un festival, ou plus...

The Coral n'est pas qu'un groupe mais plutôt une mini scène musicale de Liverpool et de son...