Hugo TSR – « Tant qu’on est là »

RaffaelePar Raffaele  •  1 Fév 2018 à 07:00  •  Albums  •   200 views

Autant annoncer la couleur de suite, cet album est une bombe. Depuis que j’ai mis la main dessus, il tourne en boucle dans la voiture. C’est l’un des meilleurs projets de rap français depuis longtemps.

Troisième disque solo d’Hugo TSR, « Tant qu’on est là » est recommandé très chaleureusement aux amateurs de bon rap à l’ancienne. Je m’explique : dans le rap d’aujourd’hui, on observe un recours massifs aux sons électrisants, aux modificateurs de voix et autres artifices. Là où Hugo TSR fait précisément plaisir, c’est qu’il revient aux fondamentaux. Il ne vend pas de ligne de vêtements, pas de produits dérivés, tel le dernier samouraï. Juste du bon gros son, un beat simple et efficace avec des effets un brin old school savamment choisis. Il laisse la place au cœur de ce genre musical, le texte et le flow.

Sur ces deux points, le rappeur du 18ème est un tueur. Chaque morceau vous en met plein les oreilles, « Tant qu’on est là » est un régal de bout en bout. On découvre au fil des pistes un environnement très urbain, des interrogations sur notre mode de vie citadin soutenues par une réelle réflexion. ‘Les vieux de mon âge’ critique ces jeunes qui ont grandi trop vite, ne jurant plus que par la consommation et le paraître, esclaves silencieux d’un connard de patron. Ils ont adopté les codes de leur milieu jusqu’à s’oublier eux-mêmes et donnent des leçons de vie à ceux qui n’empruntent pas le même chemin. Au final, on les devine bien malheureux sur leur trône imaginaire.

Climax de l’album aussi réaliste que glaçant, ‘Pauvre roi’ dépeint six portraits autour du monde de la drogue. Du jeune favorisé qui se repoudre le nez en soirée, au dealer dans son appartement vide qui a vendu son âme, en passant par le flic et le banquier, le morceau est une œuvre d’art. Comme s’il était impossible d’en sortir, la fin du texte retrouve le début, tel le serpent se mordant la queue. Le pauvre roi est riche mais n’a rien à offrir. Il a beau être plein aux as, coupé de sa famille et de toute valeur humaine, il règne sur un royaume vide. Tout le monde l’envie, tout le monde se moque de lui.

S’il fallait soulever un point négatif de « Tant qu’on est là », ce serait parfois l’absence de thématiques claires. Autant les deux sons cités plus haut sont poignants, autant certains autres morceaux nous égarent. Rien n’est mauvais, c’est une certitude. Pourtant, on peine parfois à savoir dans quelle direction Hugo TSR veut nous amener. Il évoque tout et n’importe quoi et même si le phrasé demeure impeccable, l’auditeur en ressort un peu déboussolé. Cet aspect-là reste néanmoins minoritaire et facilement pardonnable au vu de la qualité d’ensemble. On ne saurait que trop vous recommander cet album. Il s’inscrira très certainement comme une grosse référence.

Prochaines dates :

23 FÉVRIER 2018 @ LE PORT FRANC – SION (SUISSE)

24 FÉVRIER 2018 @ LE NOUVEAU MONDE – FRIBOURG (SUISSE) – COMPLET

21 AVRIL 2018 @ LA CASE À CHOC – NEUCHÂTEL (SUISSE)

 

« Tant qu’on est là »

Hugo TSR

22 septembre 2017
 
Auteur:
Raffaele

J’ai grandi dans les années 90, mes influences sont un vrai patchwork musical. J’apprécie selon l’humeur un gros beat electro, un flow hip hop ou l’effervescence d’un concert de rock. ‘Faut que ça groove !

Dans le même genre...

HEX c'est de la musique à caractère intense, épique et psychédélique, amplifiée à la limite de...

2018, année faste pour le rock français. Kaviar Special suit la tendance et signe son meilleur...

Le dernier album de Benjamin Biolay, c'est ça