For Noise 2013: Pas seulement du bruit !

YannickPar Yannick  •  19 Août 2013 à 11:32  •  Live  •   40 views

La rentrée scolaire dans certains cantons fait résonner la fin des vacances pour beaucoup de petits écoliers suisses. On pourrait dès lors croire que la saison des festivals est bel et bien morte et enterrée. Mais détrompez-vous ! Il en reste encore quelques-uns qui sauront certainement ravir les oreilles avides d’ultimes accords estivaux, de dernières notes, au bord de la saturation et du ras-le-bol des messes musicales qui ont peuplées cet été torride.

901675_10151543079815318_1464561762_o

Parmi ces manifestations, le For Noise de Pully se pose comme une grande petite, ou minuscule géante, on ne sait pas trop. Car après avoir accueilli Patti Smith, Feist, Of Montreal, Elbow, Lamb ou encore Nada Surf, le rendez-vous pulliéran nous promet à nouveau une très belle affiche, entre découvertes insolites et indie à souhait, et artistes confirmés.

Jeudi 22 août

On commence en grandes pompes avec la venue de l’enragé Hanni El Khatib qui sort tout droit d’une collaboration avec Dan Auerbach, ou 50% des Black Keys si vous préférez. Son dernier exercice fleure bon l’huile de vidange et le pneu cramé, l’effet Nashville sans doute, et il viendra le présenter sur la Grande Scène.

S’en suivront les Californiens de Tomahawk et leur rock à la frontière de l’expérimentation. La bande de Mike Patton, ex-Faith No More, a sorti un opus intitulé « Oddfellows » en début d’année, 6 ans après leur dernière galette, et cet album vaut vraiment le détour. À vérifier en live.

Puis, ovni parmi les ovnis, !!! (ou CHK CHK CHK, pour les intimes) nous feront danser sur leur disco-punk complètement barré. Les spectateurs du Paléo se souviennent encore de leur dernier passage sur la scène de l’open-air nyonnais. Un seul conseil, rangez les enfants avant.

httpv://www.youtube.com/watch?v=JjNzL9XRytw

Du côté de la scène de l’Abraxas, nous aurons droit à la poésie onirique des St-Gallois A Crashed Blackbird Called Rosehip, aux synthétiseurs cauchemardesques de The Soft Moon, projet solo de Luis Vasquez, à la new-wave rock nordique de VETO, avant que DJ Tanguy ne vienne faire s’agiter les derniers festivaliers sur des sons rock.

La troisième scène, le DeMovie Salon, offrira une rencontre folk. Celle de JJ & Palin, duo zurichois magnifique. Puis la Française Christine & The Queens fera vibrer les tympans avec une electro-pop aux accents de Florence & The Machine, la grandiloquence en moins. Échappée du combo Peter Kernel, Camilla Sparksss nous montrera de quel bois elle se chauffe durant un concert electro-punk qui promet. Et enfin, le magicien electro-folk Rangleklods conclura en beauté, avant de laisser les festivaliers se réjouir du vendredi.

httpv://www.youtube.com/watch?v=f-bXDbbRQ6g

 

Vendredi 23 août

Prévoyez un peu large niveau temps de trajet. Vous êtes prévenu, vous n’aurez donc plus l’excuse du «j’étais coincé dans les bouchons». Si je vous dis ça, c’est parce-que BRNS joue dès 18h30. Et pas question de les rater, les Belges ! Déjà que leur album «Wounded« est un pépite pop, les Bruxellois sont habitués à des prestations scéniques assez réussies. Incontournable ! Et puisque vous serez déjà là, on vous conseille vivement d’aller voir Emilie Zoé. Guitariste et vocaliste d’Anna Aaron, la Vaudoise se lance en solo. Dans son premier EP «Empty«, sorti au début de l’été, elle propose un rock mêlant tristesse, rage et mélancolie. À découvrir.

20h30, grande scène, le rendez-vous est pris. Le concert des Londoniens de Wire promet d’être assez grandiose. Les Britanniques ont traversés les époques, les genres, les styles. 35 ans de carrière, 13 albums, dont le dernier, sortie en mars 2013, «Change Become Us« Le groupe allie post-punk avec rock ambient, que l’on qualifierait parfois presque de power-pop. Un joyeux mélange. Pas de répits, direction la scène Abraxas pour écouter H-Burns. Avant, Renaud Brustlein donnait dans le folk, mais ça c’était avant. Désormais, le Français distille un rock posé et entrainant. Une mue réussie.

Le grand moment de la soirée sera cependant sans nul doute le concert de Eels. En 17 ans de carrière, Mark Everett -ou simplement E- à su se réinventer encore et encore. Qu’importe le style, qu’importent les musiciens l’accompagnant, Everett à toujours su poser sa marque sur ses compositions. Une sorte de plainte mélancolico-poétique. A For Noise, le groupe défendra certainement leur nouvel album «Wonderful, Glorious«, sorti en février.

httpv://www.youtube.com/watch?v=_vS_By_ZZ0g

 

Samedi 24 août

Là encore, pas question d’être en retard. The Animen lanceront les hostilités dès 18h15. Les cinq Genevois nous ont ravi en début d’année avec leur album «Hi !«. Depuis, le groupe a écumé pratiquement tous les festivals du pays. On les a croisé à quelques reprises, et à chaque fois on n’a pas été déçu. On reste ensuite dans le produit local avec les Bâlois de Static Frames. Des compositions raffinées mêlées à la voix puissante du néo-zélandais (installé à Bâle) Nick Broadhurst. Retour à des sonorités plus planantes ensuite avec les américains Poliça. Le groupe prodigue un son envoutant, rencontre entre electro-indie et pop, le tout sublimé par la voie enchanteresse de Channy Leaneagh. Là encore, incontournable !

Beaucoup de monde se demande encore : comment ? Comment l’équipe du For Noise a réussi ce coup formidable que de faire venir Franz Ferdinand. Mais nous on s’en fiche un peu. On dit bravo, et merci ! Merci car les Ecossais sont de véritable bêtes de scènes. Des prestations électriques, énergiques, démentes. Et le phénomène risque d’être accentué par l’intimisme du festival lausannois. Sincérement, ça va être complètement fou ! Les Britanniques se présenteront à Pully deux jours avant la sortie de leur prochain album «Right Thoughts, Right Words, Right Action«. Le groupe risque donc de nous concocter une set-list panachée entre morceaux inédits et leurs plus grands succès. On le répète, ça va être complètement fou.

La fin de soirée promet d’être belle également. Avec notamment le punk-garage-rock des Lausannois de The Wild Guys ou encore le stoner du trio de la Côte, Widdershins. Clôture (de la grande scène du moins) en beauté avec Crystal Castles. Le duo canadiens distille un electro-punk hyper efficace. Conclusion parfaite d’une soirée qui s’annonce mémorable.

httpv://www.youtube.com/watch?v=Ooq23i-QGBM

Dans le même genre...

Joyeux anniversaire aux copains d'Hateful Monday. Passez leur faire un bec à l'Usine samedi soir.

Le public dansera à Lausanne avec l'électro minimale de la Berlinoise d'adoption

Le Fri-Son de Fribourg accueillera un songwriter talentueux le 18 octobre 2018