Foals – « What Went Down »

OlivierPar Olivier  •  24 Sep 2015 à 18:22  •  Albums  •   0 views

Remarqué il y a sept ans grâce à ses créations math rock, Foals est depuis devenu un inévitable des charts. ‘Miami‘, ‘My Number‘, le combo a prouvé sa capacité à créer des singles. « What Went Down », nouvel opus, confirme la règle, mais provoque à la fois quelques interrogations.

Qu’il est loin le temps d’« Antidotes », réussite math rock propulsant la bande d’Oxford sur le devant de la scène indépendante. C’était en 2008. À partir de là, le quintet a fait évoluer sa musique et s’est transformé en machine à tubes. Aucun reproche ici, les singles issus de « Total Life Forever » (2010) et « Holy Fire » (2013) sont de bonne qualité, conciliant avec singularité pop arty, indie et rock.

« What Went Down », quatrième album, suit le même chemin avec deux titres principaux efficaces : le fougueux éponyme et, surtout, l’irrésistible ‘Mountain at my Gates‘. Dévoilés plusieurs mois avant la sortie du disque à grand renfort d’annonces marketing bien amenées, l’excitation a vite atteint des sommets et la réjouissance un brin utopique d’un disque entier de cette trempe est rapidement apparue, autant chez nous que parmi les fans.

C’est ici que le bât blesse. Derrière ces deux singles, il faut bien avouer qu’il ne se passe pas grand-chose. Attention, rien est mauvais… à part peut-être ‘Give It All‘, dégoulinant de niaiserie. Non, l’ensemble sonne bien et s’écoute assez facilement, mais on est clairement un cran en dessous au niveau de l’intensité et de l’audace. ‘Snake Oil‘ voit les Anglais se mettre aux Black Keys, ‘Night Swimmers‘ s’en sort bien grâce à une rythmique entraînante, ‘Lonely Hunter‘ est terriblement simple, mais arrive à convaincre avec un refrain réussi. C’est poussif et on peine à retrouver ces pointes d’originalité que Foals est capable d’offrir.

Il faut attendre le dernier titre, ‘A Knife in the Ocean‘ (ci-dessous), pour se réconcilier avec Yannis Philippakis et ses potes. Lent, ce morceau prend son temps pour nous emmener dans sa mélancolie et nous abandonner au sort d’une basse caverneuse, d’une empilade de couches de guitares et des cordes porteuses d’espoir, la voix du leader survolant le tout avec passion. Un sacré morceau qui rappelle le très bon ‘Spanish Sahara‘, de l’album « Total Life Forever », dans la construction.

En terminant sur cette composition, le quintet nous rassure. Il reste cependant que l’on attend toujours le bijou, la pièce maîtresse de sa part. Bons musiciens et paroliers, les Anglais ont largement les compétences nécessaires. Espérons que ce soit pour la prochaine fois car, bien que largement écoutable, ce « What Went Down » ressemble plus à un film dont la bande-annonce a tout dévoilé qu’à un véritable chef-d’œuvre.

Transgressive Records – 2015

Olivier

Défenseur du rock’n’roll, expert en prix de l’essence, fanatique de la Sainte-Boisson et éternel admirateur de Yannik Paratte.

Dans le même genre...

La sensualité enserre la musique de Warhaus d'une étreinte à la fois ferme et délicate.

Préparez vos oreilles, Metz est de retour... et avec Steve Albini aux manettes.

Les punks de Hateful Monday sont de retour avec un nouvel album.