La face sombre des eighties à l’Amalgame

LouisPar Louis  •  9 Mar 2016 à 16:18  •  Live  •   3 views

Connaissez-vous la synthwave? Ce genre d’électro atypique popularisé par des jeux comme Hotline : Miami ou des films comme Drive? Parce que deux de ses plus grands représentants sont de passage à l’Amalgame ce week-end.

Pour un néophyte, le monde de la musique électronique a de quoi donner le tournis avec ces légions de sous-genres ultra-spécifiques, une sorte de centre commercial de mégapole nippone à côté duquel les ramifications rigides du black metal passent pour les rayons de l’épicerie du coin. Et parmi toutes les subdivisions, on trouve la synthwave. Ce genre d’électro ne cesse de lorgner sur les années huitante, plus particulièrement sur les b.o. de films qui les ont marqué, avec les compos de John Carpenter en tête.

À l’heure où les années huitante sont à la mode, il suffit de voir la hype pour des films comme Turbo Kid ou Kung Fury, la synthwave connaît également un regain de popularité conséquent. Son représentant le plus connu du grand public est sans doute Kavinsky, qui a affolé la toile avec son titre ‘Nightcall’, mais nombre de perles attendent d’être découvertes au-delà de cette façade. On peut citer Com Truise, qui était passé dans nos contrées à l’occasion de la Kilbi, ou Power Glove, qui a signé la b.o. de Far Cry 3 : Blood Dragon, ou enfin Perturbator.

Déjà passé à l’Amalgame en automne dernier, ce projet mené par le Français James Kent s’inscrit dans les franges les plus sombres de la synthwave. Empruntant au metal une rythmique lourde et violente, une atmosphère sombre et un goût prononcé pour le satanisme dans son esthétique, la renommée de Perturbator doit beaucoup à la présence de certains de ses titres dans la b.o. du jeu Hotline Miami. Lorsqu’on cite Perturbator, il est impossible de ne pas citer, dans la foulée, Carpenter Brut et Gost, et, coup de bol, le second nommé est également présent à l’affiche de cette soirée. Rappelant davantage les monuments français de Justice, Gost assume également une filiation avec le metal, dans son esthétique comme dans ses sonorités.

À l’heure où la majorité des producteurs de synthwave, qui se font légion ces dernières années, se cantonnent au rôle de ‘bedroom producers’, évitant les scènes comme la peste, Perturbator, et son confrère de Gost, prend le contre-pied de cette démarche et multiplie les prestations scéniques de qualité. On notera d’ailleurs que tous deux, ainsi que le nouveau venu Dan Terminus qui complète l’affiche, partagent en commun leur label : Blood Music. Ce petit label finlandais, spécialisé dans le metal durant de nombreux années, s’est improvisé ambassadeur de la synthwave avec les consécutives de ces trois artistes.

Puisqu’il n’y pas des masses d’artistes synthwave qui tournet et puisque Perturbator et Gost sont deux figures de proue de la scène, on ne peut que vous recommander chaudement de ne pas manquer cette date d’anthologie !

PerturbatorGost et Dan Terminus à l’Amalgame de Yverdon-Les-Bains, samedi 12 mars. Plus d’infos sur leur site internet.

 
Auteur:
Louis

Je recherche : une édition originale de l’EP éponyme de Medieval Steel en 12 ». Je propose : deux cannettes un jeudi à la Ruche. Eh ouais, l’expat’ fribourgeois n’a pas perdu ses habitudes langagières arrivé à Lausanne.

Dans le même genre...

Le groupe de heavy metal américain jouera son meilleur album dans son intégralité vendredi dans la...

Richard Galliano et Ron Carter clôturent avec complicité le succès de l'édition 2017 du festival...

Le Joshua Redman Trio était à la hauteur des attentes au JazzOnze+ Festival de Lausanne.