Eurockéennes 2014: 25 ans que ça dure !

ThomPar Thom  •  23 Avr 2014 à 14:35  •  Live  •   9 views

Le festival des Eurockéennes de Belfort a dévoilé, la semaine passée, une affiche qui saura combler toutes les attentes des groupies les plus aguerries. Une fois de plus, la manifestation belfortaine présente une programmation éclectique, et d’une qualité impeccable, ou quand les organisateurs arrêtent de prendre les festivaliers pour des pives. Mais avant de vous parler du programme, voici un peu d’histoire.

Tout commence par des têtes qui tombent et des types qui rêvent d’un monde meilleur. Mais ce n’est que deux siècles plus tard, à l’occasion du Bicentenaire de la Révolution française que naquirent les Eurockéennes de Belfort, territoire franc-comtois et voisin direct de la Suisse. Un homme, Christian Proust, a l’idée un peu saugrenue de créer un festival au sommet du Ballon d’Alsace. Mais à cause d’une histoire de Grand Tétras qui se reproduit et d’écolos en colère, le festival se verra pour finir déplacé sur la presqu’île de Malsaucy, coin charmant tout proche de la ville de Belfort.

Pour la petite anecdote, sachez que l’étang, ou lac, de Malsaucy fut d’abord la propriété d’une famille de nobles belfortains, qui contre vents et marées, réussirent à en demeurer les propriétaires. Hélas, le petit dernier, Karl-Ulrich de Malsaucy, se trouva une passion pour les chaussures et commença à en fabriquer. Il abandonna du même coup son titre de noblesse et la particule qui allait avec. Pour tout le monde, il devint le cordonnier Malsaucy.

Puisqu’on n’est pas là que pour rigoler, parlons un peu de la programmation.

Têtes d’affiche et immanquables

Entre rock, hip-hop et chanson française, il y aura de quoi se mettre sous la dent. Les américains Pixies et The Black Keys assureront du côté du grattage de guitare et de l’envoyage de pain. À l’instar de plusieurs festivaliers le légendaire Robert Plant également sa tente du côté de Malsaucy avec ses Sensational Space Shifters pour un concert d’anthologie. Restons chez les Britanniques avec la venue de Franz Ferdinand. Côté français, le retour de Bertrand Cantat avec son projet Détroit est certainement un des événements les plus attendus du festival. Dans le registre des groupes légendaires des années 90, Gaëtan Roussel, ex-leader de Louise Attaque et de Tarmac présentera son nouveau disque. Sans oublier le retour des tarés Shaka Ponk et leur rock bondissant.

En ce qui concerne les concerts immanquables, il faudra vous précipiter sur le show du Daptone Super Soul Revue avec notamment Sharon Jones et Charles Bradley. Pour rester dans la soul, le jeune prodige Benjamin Clementine sera également de la partie.

httpv://www.youtube.com/watch?v=PrOYkHjdpdM

Du rock, quoi !

Non, je ne paraphrase pas Thomas VDB, car du « rock, quoi ! », il n’y en aura pas. Par contre du crade, du trash, du qui te fait bouger la tête, il y en aura à s’en foutre tout le tour du ventre. Entre Trash Talk, dont la durée des albums n’excède jamais 25 minutes et Uncle Acid and the Deadbeats avec leur stoner psychédélique, les hardos auront de quoi faire. À noter aussi la venue de Goat et Ghost, ovnis suédois merveilleux. Les petits jeunes de Drenge nous feront également l’honneur de leur présence, de même que les très sixties Temples. Dans le plus consensuel, on peut retenir les Biffy Clyro et leur rock aérien.

httpv://www.youtube.com/watch?v=swOjaFXnDeA

Hip-hop en vrac

Orelsan s’étant associé avec son pote Gringe, les Casseurs Flowteurs viendront rapper leurs textes délirants et acérés. Dans le français, il ne faudra pas rater Odezenne, révélation absolue et Fauve, collectif de dos. Du côté anglophone, vous pourrez apprécier les concerts de Schoolboy Q, Travi$ Scott, M.I.A ou encore Freddie Gibbs et Young Fathers.

 httpv://www.youtube.com/watch?v=KnnYiW5dnhQ

Et l’électro ?

Que les amateurs de basses qui chavirent se rassurent, la musique électronique a aussi sa place du côté du Territoire de Belfort. En tête de file, nous retrouverons Skrillex et son dubstep qui tape, The Parov Stelar Band et son électro-swing dansant ou encore Brodinski, prodige gaulois du beat. Dans le moins connu, A Tribe Called Red et leurs sons amérindiens. Cashmere Cat proposera un voyage dans l’abstract et le downtempo, et les prodigieux Jungle feront danser les festivaliers avec un concert entre groove, disco et dance.

httpv://www.youtube.com/watch?v=8b2D5cG3Toc

Pour le reste du programme, rendez-vous sur le site officiel des Eurockéennes de Belfort !

Dans le même genre...

Joyeux anniversaire aux copains d'Hateful Monday. Passez leur faire un bec à l'Usine samedi soir.

Le public dansera à Lausanne avec l'électro minimale de la Berlinoise d'adoption

Le Fri-Son de Fribourg accueillera un songwriter talentueux le 18 octobre 2018