Dustin Kensrue – «Thoughts that float on a different Blood»

PatrickPar Patrick  •  1 Avr 2016 à 16:53  •  Albums  •   0 views

Faire un album de reprises est rarement une réussite. Quand on voit la série des «Punk goes…» qui part sérieusement en sucette, on pourrait se dire que Dustin Kensrue s’est perdu.

Mais il en est tout autrement. Le gaillard a presque fait tout juste. Déjà, il n’a pas enregistré en studio. La guitare acoustique et les reprises c’est bon pour les bars, et le leader de Thrice l’a bien compris. Joué devant le public de la Constellation Room de Santa Ana en Californie sur deux soirs, «Thoughts that float on a different Blood» est à diviser en deux parties: les reprises récentes et les anciennes. Les premières sont bien plus intéressantes, vu qu’un bon million de guitaristes ont déjà repris ‘Creep‘ de Radiohead ou ‘State Trooper‘ de Bruce Springsteen.

La maturité vocale

Nous passons donc de ‘Hospital Beds‘ de Cold War Kids à ‘Jesus Christ‘ de Brand New en n’oublions pas le génial cover de ‘Round Here‘ originellement joué par Counting Crows. Dustin Kensrue a souvent été raillé pour son manque de précision vocale. Sur le punk hardcore des débuts de Thrice, ça passait.

A partir des premiers tests en solo, les manques commençaient à se faire sentir. Typiquement sur «Please Come Home», les errements étaient multiples. En huit ans, le chanteur en a fait du chemin. Déjà à partir de l’album conceptuel de Thrice autour des quatre éléments («The Alchemy Index») ça allait bien mieux. Le chanteur est enfin arrivé à maturité et ça fait du bien.

Le bon mix

«Thoughts that float on a different Blood» est une réussite. Premièrement pour entendre des classiques et des tubes récents sous un nouveau jour, mais également pour profiter d’un album folk-rock-punk de qualité. J’avoue avoir pris beaucoup de plaisir à remarquer que ‘Wrecking Ball‘ de Miley Cyrus est une sacrée bonne chanson.

Seul point négatif, avoir fait le choix, ou s’être senti obligé de reprendre du Leonard Cohen (‘Dance me to the End of Love‘), du Tom Waits (‘Down here by the Train‘) ou Radiohead (‘Creep‘) qui sont des artistes que l’on retrouve dans tous les albums de reprise ou presque.

2016 – Vagrant Records

Patrick

Un jour je chasserai la marmotte. En attendant j’écris bénévolement des articles sur des groupes obscurs pour me payer l’attirail nécessaire afin de réaliser mon rêve. La vie, c’est pas facile.

Dans le même genre...

La sensualité enserre la musique de Warhaus d'une étreinte à la fois ferme et délicate.

Préparez vos oreilles, Metz est de retour... et avec Steve Albini aux manettes.

Les punks de Hateful Monday sont de retour avec un nouvel album.