Drenge – « Undertow »

OlivierPar Olivier  •  15 Mai 2015 à 18:00  •  Albums  •   1 view

Retour deux ans en arrière, deux frères brittons débarquent un peu de nulle part et envoie un gros coup de pied au cul du rock de Sa Majesté. Non, il n’est évidemment pas question des Gallagher. On parle ici des frères Loveless, ou Drenge.

Fougueux, enragé, nerveux, tendu. Les adjectifs n’ont pas manqué pour saluer l’effort éponyme. Avec une simple guitare et une batterie, les frangins ont su envoyer le pâté comme peu de monde l’avait depuis belle lurette. On a même parlé de grunge… en 2012, qui l’eut cru !? Tant de hargne et d’animosité musicale ne pouvaient passer inaperçues, même l’Oncle Sam les adoubât.

En cet an 2015, le duo revient. Il ne l’est d’ailleurs plus, un troisième luron débarque avec une basse. Histoire de rajouter un peu de violence. Cet ajout s’entend directement sur « Undertow » et fait même évoluer le son de la bande.

Plus lourd, moins unidimensionnel, plus post-punk, moins garage. Voilà, pour faire simple. Fini le pied à fond sur l’accélérateur du début à la fin de l’album, Drenge propose dorénavant quelques titres plus calmes et brumeux qui séduisent tout autant que les pamphlets expéditifs du premier essai. La construction se veut donc plus élaborée, certaines compositions offrant de belles déconstructions (‘The Woods‘), d’autres un chant à deux gonflé de reverb (‘Side by Side‘, ‘Have you Forgotten my Name?‘).

Que les inquiets de ces changements se rassurent cependant, les moments high energy ne manquent pas et ils se satisferont sans problème du trio ’Never Awake’, ’We Can Do What We Want’ (ci-dessous), ’Favourite Son’ qui fait des étincelles en début d’aventure.

« Undertow », un album imposant, complet et sans temps mort qui nous incite encore un peu plus à placer Drenge comme l’un des groupes les plus solides et prometteurs de la décennie en cours.

Infectious Music – 2015

Olivier

Défenseur du rock’n’roll, expert en prix de l’essence, fanatique de la Sainte-Boisson et éternel admirateur de Yannik Paratte.

Dans le même genre...

La sensualité enserre la musique de Warhaus d'une étreinte à la fois ferme et délicate.

Préparez vos oreilles, Metz est de retour... et avec Steve Albini aux manettes.

Les punks de Hateful Monday sont de retour avec un nouvel album.