Deux guitares, deux batteries et une basse.

YannickPar Yannick  •  27 Fév 2015 à 13:00  •  Live  •   7 views

Mercredi au Romandie se tenait une soirée riche en décibels. Monoski puis les Ex Hex ont fait vibrer les pierres du Grand Pont presque autant que nos tympans. On s’en remet gentiment.

C’est par un grand coup de disto que les deux Fribourgeois de Monoski annoncent leur arrivée sur la scène. Classe. S’en suit une bonne heure de rock, puissant. Mon acolyte du soir, Olivier, résumait la situation par un bien senti « ça prend de la place! ». Oui, on peut le dire.

Monoski, duo guitare-batterie, distille un rock entre garage et stoner, à la fois répétitif et hypnotisant. Lionel -aka Husky- à la gratte envoie des riffs lourds, quoique, d’une certaine manière, mélodieux. Il sublime ses compositions en jouant intelligemment avec ses nombreuses pédales d’effets. Efficace au possible.

« Hi, we’re the Ex Hex, we’re from D.C. »

Efficace également le rock proposé par les Ex Hex. Le trio féminin, emmené par Mary Timony a surpris pas mal de monde en octobre dernier avec la sortie du très bon « Rips », son premier album. Des sonorités hésitants merveilleusement entre garage et punk-rock, tout en gardant un côté très catchy.

Sur scène, ce dernier aspect se perd un peu au détriment de sonorités plus pêchues, plus appuyées, contrastant avec les robes à paillettes arborées tant par la guitariste que la bassiste. Les Ex Hex nous ont livré une performance solide et infaillible, sans fioritures ni ratures. On aime.

C’est donc les oreilles légèrement sifflantes, un vinyle sous le bras, un peu de bière dans le sang et le sourire aux lèvres que nous avons quitté le rock club lausannois.

Dans le même genre...

Joyeux anniversaire aux copains d'Hateful Monday. Passez leur faire un bec à l'Usine samedi soir.

Le public dansera à Lausanne avec l'électro minimale de la Berlinoise d'adoption

Le Fri-Son de Fribourg accueillera un songwriter talentueux le 18 octobre 2018