Denzel Curry ou la trap efficace

GlennPar Glenn  •  4 Déc 2016 à 18:44  •  Découvertes  •   15 views

Elle tape fort la musique de Denzel Curry et les rimes s’enchaînent parfois à des rythmes vertigineux. C’est la belle trouvaille de ces derniers jours.

Venant du quartier de Carol City à Miami en Floride, Denzel Curry sort en 2013 son premier à l’album « Nostalgic 64 » à l’âge de 18 ans et lui permet de se faire un nom dans la scène de sa ville. Au même moment, la trap commence également à prendre son envol et apparaître sur les ondes plus mainstream. Ce sous-genre du rap à tendance à avoir une rythmique plutôt downtempo quant au BPM. Curry, lui l’accélère avec ses diatribes rapides et son flow écorché.

Avec le double EP « 32 Zel/Planet Shrooms » sorti en 2015, il perfectionne son style et fait sensation au-delà des bayous et des plages. En effet, grâce à la chanson ‘Ultimate‘, qui se démarque des autres chansons, le morceau sonne comme un hymne de ralliement où les dabs suivent d’autres mouvements périlleux avec les bras et le reste du corps. ‘Ice Age‘ est plus conventionnel pour le genre, mais permet d’inscrire Denzel Curry comme le représentant de la Floride au niveau de la trap.

Son second album « Imperial » (2016) est le fruit d’un travail beaucoup plus approfondi avec des thématiques assez variées qui vont de pair avec une production plus soignée, cependant moins expérimentale que les disques précédents. Dès lors, Denzel Curry est la prochaine sensation à suivre, un talent qui a encore beaucoup à montrer.

 
Auteur:
Glenn

N’aimant pas particulièrement la musique, j’ai été catapulté ici par hasard et au-delà de ma volonté. Préférant l’austérité à la frivolité du spectacle de la débauche auditive, je compte les jours qui me permettront à long terme de devenir sourd. Le vacarme m’étant insupportable.

Dans le même genre...

Quand la musique est à la limite de la cassure, nous nous émerveillons devant les moindres détails.

Quand l'océan chante dans la voix de Lula Pena, le résultat ressemble à l'éclat d'une vague sur le...

Une première écoute au détour d’une soirée d’hiver, et voilà, j’étais contaminé.