Déclinaisons de Georges

ThomPar Thom  •  11 Avr 2014 à 16:00  •  Découvertes  •   50 views

img_1345758840ggknkb822

Durant le mois de juillet, la place Georges-Python de Fribourg accueillera un nouvel événement musical: les Georges. Que les mélomanes de Nuithonie et d’ailleurs se réjouissent, car ce festival proposera plusieurs soirées de concerts, payantes, mais également gratuites, afin que vous puissiez fréquenter les Georges sans devoir payer votre billet.

Ainsi, Michel, Georges, Lucas et les autres pourront fêter dignement la mi-juillet, en écoutant de la bonne musique et en s’abreuvant dans un cadre plutôt sympathique.

Ce qui risque d’arriver, c’est que les Georges mêlent liesse populaire et euphorie estudiantine, et donc que les Georges brassent un subtil mélange de générations. C’est d’ailleurs souvent comme cela que ça se passe à Fribourg, ville extrêmement active au niveau culturel.

Mais alors, si les Georges ne marchaient pas ? Si le festival les Georges perd et que le public ne répond pas présent ? Impossible ! Car le comité des Georges c(l)onnaît la recette du succès. Du moins on le leur souhaite.

Voici nos Découvertes et Nouveautés, sans jeux de mots capillotractés.

Thom

Oui, Muddy Monk se retrouve une deuxième fois dans les découvertes et nouveautés, et ce en moins d’un mois. Mais est-ce de ma faute si l’homme a du talent ?

Cette fois, il se paie un voyage intergalactique aux accents gainsbourgiens, slalomant entre les planètes et caressant les étoiles du bout des doigts. Tranquillement installé sur une comète, il nous emporte à travers l’espace pour un trip intemporel qui envoûte. Ou alors sont-ce les voix féminines qui l’accompagnent ? Car Muddy Monk, en gentleman impeccable, sait s’entourer. Ainsi on le retrouve accompagné d’un trio de nymphes stellaires dont les voix lointaines donnent l’irrépressible envie de s’en approcher. Le tout sur un instrumental langoureusement groovy, composé par le duo Dazzle. Que demander de plus ?

 

Alex

Ça vient de Thoune et ça sonne plutôt bien! C’est Loose Connection et leur titre ‘Camino‘ tiré de leur premier album « Whispers In A Marketplace« . Un rock aux sonorités de R.E.M. qui glisse propre en ordre dans l’oreille. De quoi se mettre bien!

httpv://www.youtube.com/watch?v=Og2aSqYLpzo&feature=youtu.be

 

Jorris

En mars dernier, Olivier vous faisait une chronique sur les petits gars de Temples, un groupe psyché anglais qui promet sévère. Annoncés aux Eurockéennes aujourd’hui, je ne pouvais pas repasser à côté d’eux. Un groupe à voir à Belfort ou au Montreux Jazz le 6 juillet.

httpv://www.youtube.com/watch?v=vs4i41cOv0s

 

Olivier

Belle semaine pour les fans de guitares rudimentaires, basses virevoltantes et autres fuzz, delay ou reverb sauce psychotropes, puisque c’est pas moins de quatre sympathiques sorties garage que vous pourrez ajouter à votre discothèque, je n’en doute pas, déjà bien garnie.

Outre Tweens, Secret Colours et le nouvel EP des Black Angels, je vous présente aujourd’hui « When Kingdom Come » de Majestico. Rien à voir avec le hit d’Imagine Dragons – pour ceux qui s’interrogeraient -, ce « Kingdom Come » là est bien plus direct, allumé et, surtout, rock’n’roll. 
La simplicité est de mise. ‘I Just Want To‘, le single, c’est une bonne vieille suite d’accord doublés à la basse et un chant désabusé, basta. Pas besoin de plus aux zazous de Nashville pour nous embarquer avec eux dans leur trip énervé.

Rockez Jeunesse !

Patrick

La New Wave n’est pas morte! Non non! Et même qu’on fait encore des choses très bien. Les Italiens de We Are Waves ont offert au public leur nouvel album Labile. On se moque assez souvent des années 80 en oubliant souvent qu’il y avait également du bon. We Are Waves trouvent le bon compromis entre Joy Division et du son electro plus contemporain. Parfois un peu kitsch sur les bords mais très bon pour planer en ce début de printemps. Le morceau ‘Blue Lines‘ est clairement celui qui m’a fait dire «Mmmmh ils ont un petit quelque chose ces Italiens quand même!» A déguster comme une Gelato au bord de la Spiaggia!

Dans le même genre...

Écoutez, c'est indispensable. Voilà, c'est tout !

Trois musiciens qui partagent un ahlam commun et qui le subliment

Récit d'une soirée au Label Suisse Festival de Lausanne. Un écrin d'infinies découvertes.