Déambulation sonore à haute valeur ajoutée

AlexPar Alex  •  17 Sep 2018 à 12:42  •  Découvertes  •   63 views

Déambuler : tendance à marcher, à errer sans cesse, sans but. Limpide définition de l’activité la plus pratiquée par les amateurs de musique lors du Label Suisse Festival. Sauf qu’elle n’a pas, là, le sens connoté de la psychiatrie puisque l’objectif est la découverte musicale.

Les productions suisses et d’ailleurs ont été à l’honneur du 14 au 16 septembres 2018 à Lausanne. De quoi nous inviter à, soudain, le temps d’une soirée, dans un moment de lucidité spontanée, sortir dans les rues en se laissant surprendre entièrement par la musique. Errer donc, errer à la rencontre de nouvelles sonorités comme si l’on partait à la chasse aux trésors ; avec l’excitation de l’inconnu, sans trop regarder le programme. Rejoindre deux-trois amis et marcher d’un lieu à l’autre par pur plaisir du son et soif de découvertes.

D’abord, Mario Batkovic au D!Club. Un lieu qui se métamorphose pour un temps en une performance multi-arts. Un accordéoniste qui m’a fait redécouvrir les multiples facettes de cet instrument. Un jeu de vent et d’intensité, de distance par rapport au micro aussi, de mouvement physique influençant le son, comme lorsqu’il s’éloigne en tenant une note, ralentit le rythme et retourne aux obsédantes miscellanées sonores. Mélange entre des changement de tempo chirurgicaux et la recherche presque insensée de la plus dense intensité. Et, des deux côtés de l’homme en noir, deux écrans projetettent les improvisations dessinées du bédéistes Tom Tirabosco. Unique symbiose entre deux univers ! Il raconte une histoire par morceau, en saisissant au mieux son atmosphère. Quel plaisir de voir le Label Suisse Festival partager l’affiche avec BDFil !

De la pureté vocale au volcanisme musical jusqu’au magma sonore

Passage immédiat, après un arrêt devant deux artistes de rue, d’un lieu de noctambules à un ancien cinéma, Le Bourg, servant aussi à des concerts intimistes et à de nombreux vernissages. Le Lucia Cadotsch Trio entre déjà en faisant craqueler le sol en bois de la salle. Les trois musiciens se faufilent entre les spectateurs amassés un peu partout, presque entassés, chaleurs. Voilà que le saxophoniste Otis Sandsjö épate déjà par l’utilisation saccadée de son saxophone. Jouant autant du souffle – avalant parfois les notes, de la ligature que de la pression sur le système à tringle. Donnant presque le rythme à la manière d’un batteur. Peter Eldh, le contrebassiste, a le pincement nerveux, l’accompagne, passe la musique à la chanteuse. Un univers de saccades et de reprises osées de standard tels que ‘Strange Fruit’ de Billie Holiday ; le tout est sublimé par la voix légèrement brisée et tellement maîtrisée de Lucia Cadotsch. La véritable découverte de la soirée !

Un apaisement, le sentiment d’avoir médité un temps avant de poursuivre la chasse aux trésors musicaux. Direction, le D!Club, à nouveau, juste le temps pour découvrir la fin du concert de l’explosive Evelinn Trouble. Encore plus énergique qu’au premier concert que j’ai vu au QKC. Quelle puissance ! Quelle rage ! Quelle maîtrise de voix ! Quelle joie de danser ! Quel show ! Un véritable volcan en ébullition ! Voilà une musicienne suisse qu’il faut avoir vu une fois de sa vie. Promis, ça vaut le détour. Seul constat qui me reste après les quelques minutes fougueuses à sauter dans tous les sens.

Enfin, le souffle encore court, saisir une gaufre, juste parce que c’est bon ! Dernier détour par l’Église Saint-François ; non pour la prière du soir mais plutôt pour les prêcheurs musicaux Tobias Preisig et Stefan Rusconi. Ce n’est pas tous les jours qu’un orgue aussi immense se marie aux bidouillages électroniques et à un violon marin. Marin pour ce que ses frottements lents éveillent de vagues régulières, d’impressions de ressac infini, d’hypnotiques sonorités en constant bouillonnement comme s’il passait de l’écume salée au magma brûlant.

 
Auteur:
Alex

De Brel à Fink en passant par Louis Armstrong et Sigur Ros, voilà ceux qui me marquent et touchent. La musique doit être un voyage, un envol et un rêve. Réveiller l’âme. Veiller l’être. Dévoiler le cœur.

Dans le même genre...

Écoutez, c'est indispensable. Voilà, c'est tout !

Trois musiciens qui partagent un ahlam commun et qui le subliment

La musique est une pratique simple; un certain nombre de personnes jouent avec des instruments et,...