The Dead South, le bluegrass du Grand Nord

YannickPar Yannick  •  28 Fév 2017 à 10:05  •  Albums  •   419 views

Direction le Grand Nord canadien à la rencontre d’un groupe qui perpétue, un peu à sa manière, la belle tradition du bluegrass, The Dead South.

Le bluegrass est un style musical typiquement nord-américain, un peu comme la country. Mais si le genre cher aux Johnny Cash, Emmylou Harris, Dolly Parton et autre Willie Nelson part totalement en vrille ces dernières années, étouffé par des productions souvent ultra-commerciales , mêlant chapeaux, gros bras et pick-up aux jantes 22 pouces, le bluegrass a su rester plus authentique. Le scène continue d’ailleurs de connaitre un beau succès outre-atlantique grâce notamment aux fers de lance Old Crow Medicine Show et Trampled By Turtles. Deux formations américaines citées en inspiration par Nate Hilts, chanteur de notre sujet du jour.

Regina, Sk

The Dead South, c’est un quatuor basé à Regina, capitale de la province canadienne du Saskatchewan. Nate Hilts (guitare, voix), Scott Pringle (mandoline, guitare, voix), Colton Crawford (banjo) et Danny Kenyon (contre-basse, voix) ont formé leur groupe en 2012 et comptent déjà un EP et deux albums, dont le dernier « Illusion & Doubt » est sorti le 18 novembre 2016.

Vous l’aurez sans doute compris, les quatre hommes aiment la corde, sous toutes ces formes. Mais au contraire de nombreux groupe bluegrass, The Dead South ne pratique pas la corde frottée, ou très peu. Pas de violon donc. Une absence intéressante qui prodigue au son du quatuor un côté plus brute, plus sec. D’ailleurs, en parlant de sécheresse, que dire de la voix Nate Hilts ? Une voix abrasive et puissante, comme cassée par plusieurs vie d’excès. Le genre de voix singulière que l’on adore.

The Dead South se sont des cordes qui se mêlent, des voix qui se répondent et au final, une musique qui fait taper du pied.

 

« Illusion & Doubt »

The Dead South

2016
 
Auteur:
Yannick

Une semaine est composée de sept jours, une guitare possède six cordes et la main humaine compte cinq doigts. Bizarre, non ?

Dans le même genre...

La sensualité enserre la musique de Warhaus d'une étreinte à la fois ferme et délicate.

Préparez vos oreilles, Metz est de retour... et avec Steve Albini aux manettes.

Les punks de Hateful Monday sont de retour avec un nouvel album.