Daughter – « Not to Disappear »

OlivierPar Olivier  •  18 Fév 2016 à 11:53  •  Albums  •   2 views

Avec « If You Leave », Daughter avait frappé un grand coup il y a trois ans de cela. Devenu d’un seul coup l’une des révélations de l’année 2013, le trio avait séduit toute personne assistant à une de leurs prestations.

Après avoir enchaîné les dates, ils se sont retirés de la circulation à la fin 2014. Plus de nouvelles. Le groupe préparait dans l’ombre et le calme son deuxième album, « Not to Disappear ». L’attente fut longue et l’impatience de découvrir si Daughter était capable de tenir la distance grimpa.

Le résultat est tombé il y a un petit mois. Composé, comme son prédécesseur, de dix titres, ce nouvel opus nous permet de retrouver une bonne partie de ce qui nous avait emballés en 2013, tout en nous offrant de belles évolutions sonores. Là où « If You Leave » jouissait d’une certaine simplicité, « Not to Disappear » présente un son dense, architravaillé et qui donne aux créations une nouvelle dimension.

De l’ouverture avec ‘New Ways‘ à la conclusion par ‘Made of Stone‘, on se laisse guider par ce mélange entre douceur et puissance, cette lutte entre ombre et lumière que maîtrise si bien le groupe. Toujours aussi juste et captivante, la voix d’Elena Tonra met en valeur ses textes à la fois poétiques et sensibles. Elle se permet d’ailleurs avec ‘Doing the Right Thing‘ (ci-dessous) de publier l’une des plus belles chansons évoquant la démence d’Alzheimer et ses conséquences sur l’entourage du malade.

Cohérent, ce second opus propose quarante-huit minutes plaisantes, nous embarquant au gré des envies du trio, tantôt pop (‘Numbers‘, ‘How‘, ‘To Belong‘, ‘Fossa‘), tantôt plus posées (‘Mothers‘, ‘Alone/With You‘). « Not to Disappear » est un album solide, dans la continuité de « If You Leave », avec un son qui a tout de même su évoluer. La petite déception qu’est ‘No Care‘ au milieu du disque n’altère pas notre opinion finale, c’est avec plaisir et impatience que nous attendons le trio dans nos contrées.

 
Daughter - "Not to Disappear"

« Not to Disappear »

Daughter

15 janvier 2016
 
Auteur:
Olivier

Défenseur du rock’n’roll, expert en prix de l’essence, fanatique de la Sainte-Boisson et éternel admirateur de Yannik Paratte.

Dans le même genre...

La sensualité enserre la musique de Warhaus d'une étreinte à la fois ferme et délicate.

Préparez vos oreilles, Metz est de retour... et avec Steve Albini aux manettes.

Les punks de Hateful Monday sont de retour avec un nouvel album.