Cully Jazz 2018 : Sons of Kemet ou l’art de l’impro

GlennPar Glenn  •  22 Avr 2018 à 13:19  •  Live  •   80 views

Le quatuor londonien était vendredi 20 avril au Next Step. Une performance haute en couleur placée sous le signe de l’improvisation.

Photographie : © Jean-Marc Guçlat

Il y en a du monde sur les rives de Cully déjà à partir de 17h. Normal, vu la météo fantastique et le début du week-end, le public se donne à cœur joie au niveau des bouteilles de vins locaux débouchées. Plus tard, dans un Next Step bondé retentissent les notes aiguës du saxophone ténor de Shabaka Hutchings, prodige du jazz britannique. Il est accompagné deux deux batteurs: Seb Rochford, batteur de Polar Bear et ancien Babyshambles ainsi que de Tom Skinner. Le quatrième homme est Theon Cross et son tuba, faisant office de basse ou de contre-basse.

L’homme au tuba

Si chaque instrument a son importance dans cette formation, le plus impressionnant est Theon Cross ce soir là. Tant par le côté inédit d’entendre du tuba lors d’un concert de jazz que par la virtuosité du musicien qui a clairement fait de l’ombre au saxophoniste star. Cross tient la cadence tel un métronome et improvise sans broncher. Il faut dire que le tuba est un des instruments à vent le plus difficile à jouer.

L’art de l’impro

Pour décrire, la musique de Sons of Kemet est un mix de spiritual jazz et d’afro-futurisme avec une rythmique inimitable à faire danser frénétiquement. Leur live est une séance d’improvisation d’une heure et demie, pulvérisant les albums studios qui ne sont que des barrières. Ils déconstruisent puis reconstruisent leurs titres, rajoutent et enlèvent des notes, créent de nouvelles mélodies pour ensuite atterrir sur la thématique initiale du morceau. De quoi désorienter plus d’un en lui infligeant une leçon simple: le jazz ça a toujours été de l’impro!

 
Auteur:
Glenn

N’aimant pas particulièrement la musique, j’ai été catapulté ici par hasard et au-delà de ma volonté. Préférant l’austérité à la frivolité du spectacle de la débauche auditive, je compte les jours qui me permettront à long terme de devenir sourd. Le vacarme m’étant insupportable.

Dans le même genre...

Une alternative intimiste à un Montreux Jazz gargantuesque

Deuxième jour du Kilbi. Une soirée pour se rappeler qu'il n'y a pas besoin d'aller trop loin pour...

Cinq musiciens, une infinité de possibilité. James Holden & the Animal Spirits nous ont embarqué...