Cully Jazz 2018 : le soleil, l’amour et le son

AlexPar Alex  •  23 Avr 2018 à 10:30  •  Live  •   84 views

Un millésime doré du Cully Jazz Festival s’est terminé samedi dernier. Il reste les surprises, l’inventivité créatrice, la folie des caveaux et des souvenirs musicaux teintés d’amitiés au bord d’un lac de Cully qui s’est montré particulièrement accueillant.

Photographies : © loOrent, Michel Bertholet, Jean-Marc CluÇat, Sébastien Bovard et Marko Stevic

C’est la fin. Même si la phrase est brève, elle contient tout de même les sourires de 70’000 festivaliers, le succès de 15’000 billets vendus et les impressions de 17 concerts complets. Comme quoi, le petit village de vignerons au bord de l’eau attire toujours son monde et peut se targuer d’un public fidèle.

Quelques uns – comme votre serviteur – gardent des marques du festival sur la peau : les coups de soleil. Et oui ! Ce n’est pas surprenant à force d’aller de scènes en caveaux puis de revenir au port pour bavarder entre amis et manger un morceau. Ce va-et-vient constant qui manque déjà et que je retrouverai avec grand plaisir lors de la 27ème édition, du 5 au 13 avril 2019.

Moments uniques et découvertes

Il ne reste pas que des marques cutanées, mais aussi des traces dans le coeur. Je parle de ces moments musicaux magiques et surtout uniques qui se reproduisent d’édition en édition. Comme lorsque Erika Stuky a tapé contre une valise, qui traînait là, au milieu des spectateurs du Temple et que le tubiste suisse Ian Gordon Lennox l’a accompagné dans une improvisation éphémère.

Un concert lors duquel la burlesque et talentueuse accordéoniste haut-valaisanne a fait rire et a touché le public en Anglais, en Français et bien sûr en Suisse allemand. Ceci est notamment dû à ses qualités vocales et à ce grain de folie qui la caractérise et a rendu, autant ses projections contre les parois que son tour de chant – la reprise doucement moqueuse de ‘Baby One More Time’ de Britney Spears et l’hommage à Tom Waits, le spectacle inoubliable.

Enfin, deux découvertes m’ont particulièrement marqué. D’une part je suis ressorti habité d’amour grâce à la généreuse Rohey au Next Step et d’autre part j’ai lâché tous les canons devant l’explosivité de Moon Hooch au Club. La première a chamboulé toutes mes émotions et les seconds m’ont rappelé qu’il est si bon de lâcher prise sur tout le corps quand le son est puissant et fou.

 
Auteur:
Alex

De Brel à Fink en passant par Louis Armstrong et Sigur Ros, voilà ceux qui me marquent et touchent. La musique doit être un voyage, un envol et un rêve. Réveiller l’âme. Veiller l’être. Dévoiler le cœur.

Dans le même genre...

Jeudi, Abraham présentera sa vision de l'apocalypse - à savoir son nouvel album - au Romandie.

Le Montagne ! Trio s'est produit samedi dernier à Yverdon. Un concert qui a bercé le bon Dieu.

Le 28 avril 2018 le Montagne! Trio vernira son premier album au Temple d'Yverdon