Halloween sera fêté en black metal aux Docks

LouisPar Louis  •  23 Oct 2016 à 14:53  •  Live  •   7 views

Si les éditions suisses du célèbre festival Inferno, autrefois tenu chaque année aux Docks, ne sont plus qu’un souvenir, la salle lausannoise n’a pas pour autant tourné le dos aux fans de black metal. Ils en témoignent dimanche prochain, 30 octobre, avec un solide paquet composé de quatre groupes d’horizons variés : le Bloodshed Rituals European Tour.

Inquisition

Il est amusant de relever que, bien que son fondateur soit basé à Seattle depuis près de vingt ans, beaucoup continuent de propager l’image d’un groupe originaire de Colombie. C’est en effet dans ce pays d’Amérique du Sud qu’a vécu Jason Weirbach, alias Dagon, entre 1983 et 1996, période durant laquelle aura émergé Inquisition. Mais le bonhomme n’a rien d’un latino, c’est un yankee, un vrai de vrai. Son retour chez l’Oncle Sam aura été salutaire pour son groupe, lui permettant d’enchaîner tournée sur tournée, sur le vieux continent comme au nouveau monde (non, pas la salle fribourgeoise). L’exemple d’Inquisition en évoque de nombreux autres : MelecheshDeströyer 666Darkestrah, etc. Au niveau des qualités de scène, d’infrastructures et de couverture médiatique, tous les pays ne sont pas tous égaux, et beaucoup l’ont compris, choisissant d’émigrer pour continuer à propager leur parole blasphématoire. Et ça marche! Ainsi, c’est seulement six mois après être passé à Fri-son, aux côtés de Abbath et Behemoth, qu’Inquisition revient dire coucou aux Romands. Si vous vous dites que six mois, c’est un peu court, notez qu’un album est sorti en août dernier et a été acclamé par la critique.

Rotting Christ

Mon première verre avec Rotting Christ, c’était il y a neuf ans, dans un sampler de feu le magazine Hard’n’heavy, aux côtés de groupes de mauvaise réputation comme The ArrsChimaira et autres Daath – je suis d’ailleurs surpris d’en retrouver la référence sur la toile. Je l’ignorais à l’époque, mais la carrière des Grecs avait commencé bien des années plus tôt, puisqu’ils s’inscrivent dans la toute première vague de groupes à faire déferler le metal extrême sur l’Europe, au début des années nonante. En 1993, ils participaient ainsi déjà à la tournée Fuck Christ Tour, aux côtés de Immortal, qui a depuis accédé à une renommée inouïe, et de Blasphemy, que tout le monde a oublié, lui faisant accéder au statut de groupe culte, aidé par son extraordinaire album « Fallen Angel of Doom… » . Et quid de Rotting Christ? Eh bien ni l’un ni l’autre, on dirait. Ils ne sont jamais vraiment sortis du circuit, mais on trouve peu d’amateurs de gros décibels à s’avouer fan inconditionnel de leur son, la plupart rechignant toutefois à faire les mauvaises langues, reconnaissant déjà au groupe un certain mérite par sa seule longévité. Votre serviteur ne fait exception à la règle, et choisira la voie de la facilité en vous proposant de jeter une oreille à leur dernier album pour déterminer si ce sera dans la fosse ou au bar que l’on pourra vous trouver lorsque les Grecs monteront sur scène.

Mystifier

Deux headliners sûrs, coup de bol avec des Suisses en ouverture : la soirée se serait annoncée sympa mais sans surprise s’il n’y avait eu Mystifier au milieu. Originaire de la terre promise des metalleux sud-américains, à savoir le Brésil, qui a vu naître, dans le tas, SepulturaKrisiun ou Sarcófago, c’est à ses derniers que ressemblent le plus Mystifier, livrant la même relique crasseuse d’une époque où l’on ne savait faire la différence entre le black metal et le death metal. Crasseux est le mot-clé ici, car un point commun unit SchammaschInquisition et Rotting Christ : tous trois ont opté, ou ont fini par opter, pour une production lisse et propre permettant à l’auditeur d’apprécier toutes les subtilités de leur musique. Mais nous les metalleux, parfois on aime bien quand ça pue un peu et que la dernière douche remonte au déluge, aussi on est plutôt contents de voir Mystifier se taper l’incruste au milieu de ces types en costard pour foutre le bordel. Et, contrairement à Krisiun et Sepultura, les gaillards n’ont pas la fanbase suffisante pour nous rendre visite chaque année. On ne peut pas en dire autant du reste de l’affiche, encore une raison qui incite votre serviteur à affirmer que, décidément, ce sera peut-être Mystifier qui portera la soirée !

Schammasch, on vous en avait déjà vanté les mérites scéniques en annonçant leur passage à Fri-son ; on avait également été élogieux avec leur dernier bébé « Triangle » ; on avait même interviewé les gaillards! Ne serait-ce que par souci d’équité et pour que vous ne finissiez pas par penser qu’on se fait graisser la patte en coulisses, on sera assez brefs, se contentant de souligner que nos compatriotes n’ouvrent pas les festivités pour cette unique date, mais font bien partie intégrante du paquet sur toute la tournée européenne qui les emmènera à Hambourg, Copenhague, Budapest, Barcelone, Londres, Paris ou Dublin. Un sacré honneur auquel il est rare de voir accéder un groupe suisse. Chapeau bas!


poster-bloodshedrituals2016-web-flyerInformations

Inquisition, Rotting Christ, Mystifier et Schammasch
Les Docks, Lausanne
Portes 18h / Tickets 33 frs

Facebook
Les Docks
Flyer

 

 

 

 
Auteur:
Louis

Je recherche : une édition originale de l’EP éponyme de Medieval Steel en 12 ». Je propose : deux cannettes un jeudi à la Ruche. Eh ouais, l’expat’ fribourgeois n’a pas perdu ses habitudes langagières arrivé à Lausanne.

Dans le même genre...

Le groupe de heavy metal américain jouera son meilleur album dans son intégralité vendredi dans la...

Richard Galliano et Ron Carter clôturent avec complicité le succès de l'édition 2017 du festival...

Le Joshua Redman Trio était à la hauteur des attentes au JazzOnze+ Festival de Lausanne.