Asleep – « Igloo »

ThomPar Thom  •  27 Fév 2014 à 20:00  •  Albums  •   35 views

L’insomnie. Cet état qui permet de sonder la nuit et de tenter de l’apprivoiser. Cet éveil au milieu d’un calme silencieux où seules les lumières des réverbères nous ramènent un peu à l’humanité, par petites portions, le long des routes.

1011074_10202236935779409_506051018_n

C’est justement l’insomnie qui pousse les Zurichois d’Asleep à la création, sorte de rituel nocturne. À l’instar de Marcel Proust, ils choisissent la nuit afin de poser sur le papier des chansons tantôt mystérieuses et tranquilles, tantôt agitées. Un peu comme si le sommeil qu’ils ne trouvent pas se calquait sur eux durant les nuits qu’ils passent à composer derrière leurs ordinateurs. Le rythme de la musique peint ainsi les songes et les cauchemars le long des morceaux qui émanent de leur imagination.

De ces sessions d’élaboration est sorti un album : « Igloo », le troisième du groupe. Fabio Anders, le chanteur, nous berce avec sa voix douce et craquelée, comme la toile d’un rêve qui se détache doucement en lambeaux quand le corps se réveille. Côté musique, l’album débute sur une ballade post-rock magnifique. La suite oscille, comme je l’ai déjà dit, entre mélodies aériennes et riffs plus concrets. Çà et là, les contre-chants d’une guitare sans chichis nous embarquent pour un petit tour en-dessus des nuages.

Ne vous attendez pas à un disque que vous apprivoiserez en une seule écoute. Celui-ci demande de la patience, du calme, mais il saura vous enchanter. Il n’y a pas de meilleur moment pour laisser Asleep vous envoûter, mais je pencherai plutôt pour une écoute nocturne, lumières éteintes. Il ne vous suffira alors que de fermer les yeux et vous laisser aller dans cet univers onirique qui se déploie devant vous.

Vous aimez Nada Surf ? Vous allez adorer « Igloo » de Asleep.

httpv://youtu.be/NJ6J2zp4_Oo

Dans le même genre...

Le duo britannique a gardé la cap pour stimuler l'imaginaire

Un mélange de chants traditionnels sud américains et de modernité délicate

La Beauté, c'est peut-être ça