Antigel : Son Lux et Temples à la piscine

OlivierPar Olivier  •  2 Fév 2014 à 17:15  •  Live  •   81 views

C’est hier soir, le samedi 01 février, que l’édition 2014 du festival genevois Antigel a débuté avec au programme, plein de belles choses à voir et à entendre. Et si certains auront choisi d’aller voir le vol à deux biplans sur une performance musicale du berlinois Ovale, nous avons plutôt décidé d’aller faire trempette du côté de la Piscine du Lignon à Vernier.

Son Lux - Festival Antigel © GabeeMais, bien évidemment, nous n’y sommes pas simplement allés pour faire quelques brasses, mais bien pour y apprécier deux concerts d’artistes que nous aimons particulièrement sur ce site : le New-Yorkais Son Lux et les Anglais de Temples.

Une soirée placée sous le signe de l’expérimentation et des ambiances sonores, le tout en costume de bain et linge sur les épaules.

Son Lux explore les profondeurs

C’est après quelques traversées de piscine en compagnie d’une partie des Temples que nous avons pu voir ce à quoi ressemblaient le créateur américain Son Lux et ses deux acolytes de scène. En formation guitare-batterie-synthés/Macs, ils ont régalé le public éparpillé entre la pataugeoire (utilisée comme fosse) et le bord de la piscine avec un concert composé principalement de titres issus du dernier album « Lanterns« , sorti l’année dernière.

Un mélange de hip-hop alternatif et de post-rock au son puissant, à la batterie sèche et plus carrée encore que la coupe de cheveux de Mireille Darc, au guitariste aux solos aussi sauvages qu’essentiels et avec un Son Lux impérial au  x claviers et à la voix, il n’en aura pas fallu plus pour faire décoller les baigneurs.

Un bien sympathique toboggan entre passages ouverts aux titres célèbres (‘Easy‘, l’imposant et génial ‘Lost It To Trying‘ en clôture) et bouts dans le noir, places où l’expérimentation et la cacophonie improvisée prenaient les devants, mais sans jamais risquer la noyade.

Une très bonne balade en apnée dans les profondeurs de l’océan, là où le néant est tout.

Structures solaires et reflets aquatiques

Avant d’enchaîner avec le concert de Temples, une petite pause clopes/boisson était de mise et je tiens à adresser, une nouvelle fois, tout mon respect à mes voisins de casier qui sont allés tirer leurs sèches en bermudas et pieds nus par 3°C. La veste n’était pourtant pas de trop, je vous l’assure.

De retour à l’intérieur, le public est déjà bien installé quelques minutes avant la montée sur scène des rockeurs brittons. Pas de folie vestimentaire ce soir, les quatre jeunes gens débarquent en pattes d’éph’ et petits pulls serrés, ces types ne sont définitivement pas nés à la bonne époque. Mais les vêtements, on s’en fiche un peu, l’important c’est la musique et ça, ils savent faire.

En une bonne heure et quart, presque l’entier de leur premier album à paraître, « Sun Structures » (sortie le 10 février), y est passé et les têtes ont bougé avec entrain sur bon nombre de compositions. Il faut dire que ces dernières sont d’une efficacité diabolique et d’une variété qui fait de chacunes d’elles une nouvelle expérience. Pour mieux imager; la colonne vertébrale est toujours la même, le reste du corps change. On passe ainsi de chouettes ballades pop telles que ‘Colours To Life‘ ou ‘Move With The Season‘, à des créations plus appuyées comme ‘Mesmerise‘ ou ‘Sand Dance‘, sans oublier les singles ‘Keep In The Dark‘ et ‘Shelter Song‘.

Le jeu est d’une propreté indéniable et d’une élégance rare, un ensemble sonore qui a parfaitement collé au cadre d’une piscine simplement illuminée par des éclairages colorés et tourbillonnants.

Une bien belle manière de débuter cette nouvelle édition d’un festival aux idées aussi improbables que géniales. Vivement la suite et, notamment, la venue des blues-rockeurs John The Conqueror à la distillerie d’absinthe Absintissimo ce mercredi soir.

Ils sont fous ces Genevois.

httpv://www.youtube.com/watch?v=QCxao4jFLHI

 

Dans le même genre...

Joyeux anniversaire aux copains d'Hateful Monday. Passez leur faire un bec à l'Usine samedi soir.

Le public dansera à Lausanne avec l'électro minimale de la Berlinoise d'adoption

Le Fri-Son de Fribourg accueillera un songwriter talentueux le 18 octobre 2018