Die Toten Hosen

YannickPar Yannick  •  30 Jan 2014 à 12:40  •  Allemagne, Tour du Monde  •   659 views

Le mois de janvier touche à sa fin et notre séjour au nord-est de nos frontières également. Mais nous ne pouvions pas décemment quitter le pays de la bière au froment sans vous parler d’un des groupes les plus populaires en Allemagne.  Die Toten Hosen.

Tout commence en 1982 dans un bar de Düsseldorf, le Ratinger Hof. Un bar à punks. Cinq potes âgés d’une vingtaine de printemps chacun décident de monter un groupe de musique. C’est ainsi que nait les Toten Hosen, littéralement les pantalons morts. Un nom quelque peu étrange une fois transposé dans le langue de Molière mais qui fait du sens en Allemand. En effet, il découle de l’expression « Hier ist tote Hose » la traduction ci : « Ici, on s’emmerde ». Voilà.

Leurs premières compositions sonne très punk-rock ’70, avec une pointe de garage dont les paroles incitent à la fête. Je vous laisse juger avec  ‘Wir Sind Bereit’, sorti en 1982.

httpa://www.youtube.com/watch?v=gm84cBZNZQo

 

En 1983, le groupe signe chez EMI et sort un premier album «Opel-Gang«. L’année suivante, DTH quittent le major pour signer chez Virgin Records. Un départ en mauvais termes, d’où le titre de leur second opus «Unter falscher Flagge«une pique lancée au label britannique. Le succès du groupe croit. Durant l’année 1985, les Toten Hosen jouent en Hongrie, en France et en Pologne. Le troisième album vient en 1986, «Damenwahl«. Le groupe sort en 1987 un premier disque live «Bis zum bitteren Ende«. Celui-ci se classe dans le top-30 des ventes, aussi bien en Allemagne qu’en Autriche.

Hier kommt die Toten Hosen

L’année 1988 marque un tournant dans l’histoire des Toten Hosen. Le groupe s’associe au projet de Bernd Schadewald d’adapter en pièce de théâtre le livre d’Anthony Burgess L’Orange Mécanique. En découle l’album «Ein kleines bisschen Horrorschau« dont le premier titre ‘Hier Kommt Alex’ (ci-dessous) est le premier succès commercial du groupe.

httpv://www.youtube.com/watch?v=5X-yqPhItr8

 

Entre 1988 et 1997, Die Toten Hosen donnent plus de mille concerts -le millième à lieu le 28.06.97, au Rheinstadion de Düsseldorf- un peu partout dans le monde. Leurs prestations scéniques déjantés accroît encore leur renommée. Ils accompagnent sur scène des artistes tel les Rolling Stones, Iggy Pop ou encore The Ramones. Ils enregistrent en parallèles trois albums «Auf dem Kreuzzug ins Glück« (1990), «Kauf MICH!« (1993) et «Opium fürs Volk« (1996) qui se classent tous trois en tête des ventes en Allemagne.

Également à cette période, la mentalité du groupe évolue. Les textes deviennent de plus en plus engagés. Les Allemands participent à de nombreuses manifestations luttant contre la xénophobie et le néo-nazisme en Allemagne. Au printemps 1990, quelques mois après la chute du Mur, le groupe part en tournée dans toute l’Allemagne de l’Est, se déplaçant à bord d’un mini-bus. En outre, leur album «Kauf MICH!« est une ode ironique au consumérisme. Bien que très engagé, le groupe s’est toujours refusé une quelconque affiliation politique.

2000 à aujourd’hui

Durant les années ’00, la bande s’impose définitivement comme l’un des plus grands groupes allemands de l’histoire. Die Toten Hosen jouent dans tous les plus grand festivals d’Allemagne et d’Europe de l’Est. Entre 1999 et 2008, chacun de leurs quatre albums se classent en tête des ventes en Allemagne. Aujourd’hui, Die Toten Hosen reste l’un des groupes allemands les plus populaires au monde, notamment en Europe de l’Est, en Amérique du Sud ou en Australie. Chez nous aussi, mais plutôt de l’autre côté de la Sarine, le groupe jouit d’une belle popularité.

Le dernier album du groupe «Ballast der Republik« est sorti en 2012.

httpv://www.youtube.com/watch?v=j09hpp3AxIE

Dans le même genre...

Il existe un tout petit milieu de l'électro underground en Chine. DJ, producteur, Sulumi appartient...

Le rock chinois s'invite chez nous le temps d'un festival, ou plus...

The Coral n'est pas qu'un groupe mais plutôt une mini scène musicale de Liverpool et de son...