Regardez! Abraham revient

LouisPar Louis  •  6 Mai 2018 à 18:18  •  Live  •   115 views

Une description de la fin de toute vie sur Terre de deux heures, en musique, ça vous botte? Parce que c’est ce qui vous attend si vous décidez d’aller au vernissage du nouvel album d’Abraham jeudi au Romandie.

Onze ans, onze ans que les gaillards d’Abraham servent une forme d’apocalypse musicale aux oreilles endurcies de Suisse romande. Ceux qu’on présentait volontiers à leurs débuts comme les protégés de Kruger, la présence en commun de Jacques Vierdaz aidant, sont aujourd’hui sortis de l’ombre des parrains lausannois du hard. Or, pour expliquer cette évolution, on aurait tort d’invoquer la seule séparation de Kruger puisque d’album en album on observe, dans le chaos musical où ils excellent, une maîtrise de plus en plus affirmée. « The Serpent, the Prophet & the Whore » condamnait en effet quasiment leur premier bébé à l’obsolescence par la prise de maturité qui s’y incarnait. L’exploit se répète avec un nouvel album monumental, « Look, Here Comes the Dark! », toujours encadré par Pelagic Records, le label allemand du gars de The Ocean.

Monumental, c’est le cas de le dire : un quadruple vinyle accueillant un concept album de près de deux heures décrivant l’apocalypse ; tour à tour la fin de l’humanité, puis de toute vie animale, de toute vie tout court enfin. Quatre vinyles, c’est autant de chapitres leur permettant de risquer des expérimentations inédites dans leur discographie – on n’aura ainsi jamais entendu autant de chants clairs. Si Abraham se montre plus progressif que jamais, n’y voyez pas le présage d’un assagissement : ce « Look, Here Comes the Dark! » sait faire étalage de la violence qu’on recherchait avec un plaisir masochiste dans leurs précédentes sorties.  Au vu de leur tendance à laisser les salles où ils passent dans un état de dévastation évoquant ma chambre dans ses pires jours, la direction prise avec ce nouvel album semble incarner une fusion de leur pensée et de leur art pour un résultat qu’on se réjouit de voir sur scène jeudi au Romandie, juste après Oregon Trail, forts d’un deuxième album sorti en février qu’on vous recommande.

Crédits photo : Cláudia Andrade

 
 
Auteur:
Louis

Partagé entre Lausanne et Fribourg, mon cœur balance similairement entre Fri-son et le Romandie, entre le Mouton Noir et feu La Ruche. Précocement éprouvés par le metal, mes tympans affaiblis me font aujourd’hui ramper vers des horizons musicaux plus variés.

Dans le même genre...

Le public dansera à Lausanne avec l'électro minimale de la Berlinoise d'adoption

Le Fri-Son de Fribourg accueillera un songwriter talentueux le 18 octobre 2018

Un musicien complet présentera son premier album solo ce week-end à Neuchâtel